Vadim Repin, l’évidence d’un grand

  Olivier Bellamy reçoit Vadim Repin sur Radio Classique

Il est arrivé avec le sourire, sans se presser, comme s’il avait toute la vie devant lui, ce géant du violon au calendrier rempli pour les cinq ans à venir et que le monde s’arrache.

Nous avions convoqué une interprète, mais, juste avant l’émission, alors qu’il en grillait une petite sous le porche, je lui ai dit que Nikolaï Luganski avait parlé en français lors de son passage dans Passion Classique. Cela a dû le titiller puisqu’il a parlé dans notre langue autant qu’il a pu, avec cette voix douce, cette présence chaleureuse. « Mon coeur est un violon », chantait Lucienne Dellyle. Et ce violoniste a son coeur dans les mains et dans la voix.

Merveilleuse évocation de sa mère, qui l’emmenait à l’Opéra, qui lui a appris à ne pas juger, à être exigeant avec lui-même et indulgent avec les autres. Cette mère qui, lorsqu’elle chantait une berceuse de Sibérie, le faisait pleurer. Tout comme Chopin, qui fondait en larmes quand sa mère se mettait au piano.

Modestie, humour et bienveillance ont forgé le caractère de Vadim Repin. « Je travaille mes gammes chaque jour, mais ne le répétez à personne. » Ou encore : « La distraction, c’est ce que je fais là avec vous. » En interview, il n’est pas là pour convaincre qu’il est le meilleur, le plus fort. Non, il est là, il se détend avec naturel, le reste est secret ou presque.

Vadim Repin a aussi merveilleusement parlé de la naissance d’un artiste : « Au début, on joue en pensant qu’il n’y a que des violonistes qui vous écoutent. Et puis, un beau jour, on prend conscience qu’on joue de la musique pour des êtres humains. »

Et l’amour. « Y a-t-il autre chose dans la vie ? » Tout est dit.

Voici son programme :

Franck : Sonate (2e mvt) par Repin / Lugansky

3 madeleines

Ruggiero Ricci joue : Paganini caprice No 4

Songs sung by his mother – no recording thereof, and I am trying to get at least a name of a Siberian children’s song…._

Khachaturian : Concerto for violin (Oïstrakh)

4 pieces of classical music he loves ( not his )

Brahms Violin Sonata No 1 in g major – 1er mvt par Yehudi Menuhin

Carmen (Bizet’s opera) : « Que son fils l’aime et la révère » (fin du duo Don José-Mickaëla – plage 15 du CD Berganza-Domingo-Abbado (DG)

Brahms violin concerto par Jascha Heifetz (3e mvt)

3 pieces of Vadim’s music & melodies d’amour

Beethoven concerto (2e mvt)

Chausson poeme

Janacek sonata (Repin/Lugansky)