Symphonie n°2 de Brahms : Herbert Blomstedt poursuit son idylle avec l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig

Chef honoraire de l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig dont il fut le directeur musical pendant six ans, Herbert Blomstedt est toujours en activité à l’âge canonique de 93 ans, nous offrant une magistrale version de la Deuxième Symphonie de Brahms.

Herbert Blomstedt est un très grand interprète du répertoire austro-allemand

Herbert Blomstedt, après une remarquable intégrale des Symphonies de Beethoven, poursuit son idylle avec l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig dans ce second volet d’œuvres orchestrales de Brahms. Né aux Etats-Unis de parents suédois, Herbert Blomstedt étudie à Stockholm et Uppsala tout en prenant des cours directions d’orchestre à la Juilliard School de New York. Il reçoit les conseils d’Igor Markevitch à Salzbourg et de Leonard Bernstein à Tanglewood. Il dirige de nombreux orchestres scandinaves, la Staatskapelle de Dresde, l’Orchestre de la NDR et le Symphonique de San Francisco dont il sera le directeur musical de 1985 à 1995 avant d’occuper le même poste au Gewandhaus de Leipzig, de 1998 à 2005. De confession adventiste, Blomstedt ne répète jamais les vendredis soir ou les samedis, jour de sabbat dans l’Eglise adventiste du septième jour. Toutefois, les concerts programmés sont pour lui davantage une expression de sa foi religieuse qu’un travail ordinaire.

 

A lire aussi

 

Ses intégrales des Symphonies de Carl Nielsen et son anthologie de la musique orchestrale de Paul Hindemith sont considérées comme des références. Il est également un très grand interprète du répertoire austro-allemand : Beethoven, Mendelssohn, Schubert, Bruckner et Richard Strauss sont ses musiciens favoris. On retrouve dans ce second volume la conception très lyrique du chef, qui inscrit Brahms dans le sillage de Schubert. Il faut dire que le travail de Blomstedt est indissolublement lié à son éthique religieuse et humaine. Aussi ses interprétations combinent-elles une grande fidélité à la partition avec une émotion qui procède par élévation, quitte à passer l’estompe sur certaines accentuations davantage mises en valeurs par d’autres baguettes. La sienne, Blomstedt sait par moments la mettre de côté, comme s’il souhaitait laisser jouer les musiciens. Ainsi du sublime « Andante sostenuto », cœur émotionnel de cette pastorale Deuxième Symphonie que complète la roborative Ouverture pour une fête académique.

Johannes Brahms : Symphonie n° 2. Ouverture pour une fête académique. Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, dir. Herbert Blomstedt (1 CD Pentatone)

Jérémie Bigorie


Décernés chaque semaine, les Trophées Radio Classique priment un nouvel album, mis à l’honneur notamment dans l’émission « Tous Classiques » de Christian Morin.

Qobuz, la plateforme française de streaming et de téléchargement de musique haute résolution, est le partenaire officiel des Trophées Radio Classique 2021

Retrouvez l’actualité du Classique