Strasbourg : Doutes autour de l’agression d’une étudiante pour avoir porté une jupe courte

Vos journaux reviennent sur l’agression d’une jeune femme à Strasbourg, affaire très médiatisée, qui semble ne pas être aussi claire que cela.

Marlène Schiappa s’est rendue à Strasbourg après les accusations de l’étudiante

Il y a deux jours, le journal Dernières Nouvelles d’Alsace posait cette question : agressée à cause de sa jupe, l’étudiante a-t-elle dit la vérité ? Hier, Le Monde mettait en question sa version des faits: une agression par trois homme le 18 septembre dernier à Strasbourg. Elle dit avoir été insultée puis agressée par trois hommes parce qu’elle porte une jupe courte. Son témoignage fait le tour des médias. Mais les premiers éléments de l’enquête semblent la contredire.

 

A lire aussi

 

Le téléphone de l’étudiante a borné chez elle au moment où elle affirme avoir été agressée

Aucune caméra de vidéosurveillance n’a en mémoire un seul indice de l’agression, expliquent Libération et le Monde. Son téléphone a borné chez elle au moment où elle dit se trouver avec ces hommes. L’étudiante est aussi membre depuis sa création en juillet d’un groupe Facebook Stras Défense et dont des membres organisent des rondes en soirée à Strasbourg pour prévenir les actes de harcèlement. Enfin, certains membres du groupe sont quasiment néonazis bien que très minoritaires, ce qui fait dire à une élue de Strasbourg qu’il s’agit là d’une milice d’extrême-droite. « Et si c’était la journée de la dupe à Strasbourg ? » s’interroge Libération alors que le Monde a sollicité la jeune femme pour la faire réagir, celle-ci n’a pas donné suite. Elle a cependant déclaré à la télévision qu’elle ne s’était pas réveillée comme ça, avec un coquard. L’ enquête devra montrer si c’est la jeune femme qui a été agressée ou si c’est la vérité qui a été malmenée.

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique