Stéphane Marie, main verte, coeur pur

 stephane-marie-01-02-12.JPG

Sur France 5, dans son émission « Silence ça pousse », aux côtés de Noëlle Bréham qui joue les Candide (« il faut cultiver son jardin »), il fait beaucoup plus que donner une leçon de jardinage.
Il partage le bonheur d’aimer la nature, il nous invite à la passion du vivant, il s’émerveille d’un bourgeon, d’un rameau, d’une tige… Avec enthousiasme et dynamisme, Stéphane Marie nous rappelle que tout ce qui est beau et grand dans ce monde demande du temps, de l’attention, du soin, de la patience ; en un mot, de l’amour.
Petit Prince au milieu des roses qui, chacune, porte le poids d’un savoir immémorial transmis de génération en génération, de lutte contre les maladies, contre les caprices du temps ou les pas du promeneur maladroit, ce garçon vif, sensible et entreprenant, verse des larmes en écoutant la musique, comme la rosée du matin coule sur les pétales du dahlia ou rafraîchit le pistil du camélia.
Sa recherche d’harmonie et d’équilibre le prend tout entier. Elle se confond avec le vent qui souffle et le soleil qui brille. Et nous rappelle, ces vers immortels de Fontenelle :
« De mémoire de rose, on n’a jamais vu mourir un jardinier. »

Voici son programme :
1. Verdi: La Traviata, Libiamo (par la Callas si possible)
2. Couperin: Les barricades mystérieuses
3. Purcell: La Mort de Didon par Jessye Norman
4. Debussy: L’Isle joyeuse

Madeleines:
1. Philip Glass: Einstein on the Beach
2. Les Demoiselles de Rochefort – le moment où l’une rencontre l’américain et qu’il lui dit qu’elle a un pli dans sa jupe
3. Prince: Get up