Steffani par cecilia Bartoli

Cecilia Bartoli poursuit son entreprise de réhabilitation d’Agostino Steffani et présente en première mondiale quelques pages de sa musique sacrée.

Le Stabat Mater, composé par Steffani à la fin de sa vie n’a rien d’une découverte. Gustav Leonhardt l’avait déjà enregistré en 1994 (DHM) ainsi que Harry Christophers en 2009 (Coro). Comme Pergolesi, Steffani concentre les vingt strophes du Stabat Mater en douze sections mais il les distribue à six voix, un chœur et un ensemble de cordes également à six parties en un contrepoint serré où l’écriture savante pour l’église se noue aux chromatismes baroques.Dès la première phrase drapée dans le voile des violes, Cecilia Bartoli et Diego Fasolis installent un climat douloureux et introverti que prolongent le chœur et ses figuralismes dans le " Cujus animam ". Dans cette partition riche en duos, les voix de Cecilia Bartoli et Franco Fagioli se fondent en une surprenante alchimie de la déploration.
Mais il serait injuste de ne mentionner que les deux chanteurs vedettes : le chœur souvent sollicité reste d’une grande lisibilité même dans les épisodes tourmentés. Diego Fasolis n’hésite pas à transformer l’autel en scène, à faire passer la prière par des sentiments contrastés et violents conformément à l’esthétique baroque qui ne distinguait pas l’église du théâtre. Il parvient à entretenir un climat d’intimité et de spiritualité comme le rappellent le chœur " Fac me vere tecum flere " ou la magistrale conclusion chorale qui semble se dresser tel un clocher.Si cette version prend la tête de la discographie, elle ne doit pas laisser dans l’ombre des motets enregistrés en première mondiale avec la même intensité contenue et une virtuosité démonstrative. Cecilia Bartoli a une fois de plus réussi sa Mission.
Agostino Steffani
(1654-1728)
CHOC
Stabat Mater. Beatus Vir.Non plus me ligate. Triduanas a Domino. Laudate pueri. Sperate in Deo. Qui diligit Mariam
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Nuria Rial, Yetzabel Arias Fernandez (sopranos), Franco Fagioli (contre-ténor), Daniel Behle, Julian Prégardien (ténors), Salvo Vitale (basse), Chœur de la radio-télévision suisse, I Barocchisti, dir. Diego Fasolis
Decca 47853367 (Universal). 2013. 73′ Nouveauté 1re