Sophie Koch, pudeur et émotion

« C’est si mystérieux le pays des larmes », dit Saint-Exupéry dans Le Petit Prince. Sophie Koch a partagé avec nous ses musiques préférées, avec pudeur et retenue, et puis, en écoutant le mouvement lent du Quintette avec deux violoncellesde Schubert, elle n’a pu contenir son émotion.
Ce merveilleux mezzo-soprano fait une carrière exceptionnelle et demeure la femme modeste, travailleuse, timide qu’elle était à ses débuts. Son engagement en faveur des « damnés de la terre », au travers de l’association humanitaire gérée par son mari, lui fait honneur. Si chanter, c’est prier deux fois, comme le disait saint Augustin, chanter permet parfois de sauver des vies.
Voici son programme :

Ravel, une barque sur l’océan par Samson François
Strauss , Im Abendrot, par jessye Norman
Wagner,Isolde’s Liebestod par christa Ludwig
Bach, passion selon saint Matthieu, erbarme dich par Kathleen Ferrier
Mozart, don Giovanni , le trio des masques « Protegga il giusto ciel »

Les 3 madeleines:
Gershwin, un américain a Paris par Bernstein
Ella Fitzgerald, april in Paris
Bellini, casta diva par Callas

Les 3 oeuvres:
La vie: ouverture du magnificat de Bach par Richter
La mort: 2ème mouvement du quintette a deux violoncelles de schubert par
quatuor melos
L’amour: trio du chevalier a la rose de Strauss avec christa Ludwig