Sinclair, l’énergie positive

1. Si les Romantiques ont fait leur miel du « mal du siècle » et de la « difficulté d’être », les Classiques avaient le souci de ne pas laisser leur égotisme commander leur inspiration et diriger leur oeuvre.
Sinclair appartient à cette seconde famille et son programme en est le reflet.
On aura apprécié son honnêteté lorsqu’il reconnaît avoir cédé à la facilité de ses dons au début de sa carrière puis, au contact de formes plus exigeantes, avoir essayé d’aller plus loin.
Voici le programme de Sinclair :

-Qigang Chen Iris dévoilée (Iris unveiled): Tendre (Tender)
-Camille Saint Saens Saint-Saens Suite for Violoncello and Orchestra D minor, Op.16 – II. S’er’enade par Johannes Moser
-Brahms /symphonie n°3/ Einformig ist der Liebe Gram Op.113 / john Eliot Gardiner/ monteverdi choir
-Prokofiev Romeo & juliet / Knights’ dance
-Rachmaninoff Trio élégiaque N°1 in G minor / beaux arts trio / (3 premieres minutes)

Mais aussi trois « madeleines » musicales (classiques ou non) qui lui rappellent des souvenirs d’enfance ou d’adolescence.
-Wendy Carlos / Switched on Bach/ Two-Part Invention In F Major
-Mozart / la marche turc
-Gershwin-Bernstein / Rhapsody in Blue

Et enfin, trois morceaux de musique (classique ou non) qui symbolisent, selon elle :
– la vie : Stevie Wonder « For once in my life »
– l’amour :Ella Fitzgerald & Louis armstrong « summertime »
– la mort :Bernard Hermann / vertigo (scène d’amour)