« S’il ne renonce pas aux Patriotes, Philippot se met à l’extérieur du FN » Gilbert Collard

Ce matin à 8 h 15 sur Radio Classique

Gilbert Collard, député Front National du Gard

Invité de Guillaume Durand

« S’il ne renonce pas aux Patriotes, Philippot se met à l’extérieur du FN »

Extraits

A propos de Florian Philippot et du FN

« Pour l’instant, [Florian Philippot] est toujours à l’intérieur. »
(…)
« Ce n’est pas une question politique, c’est de la blague tout ça. Ce n’est qu’une affaire de personnes. »
(…)
« Ce n’est pas une question de fond, il n’y a pas de divergences fondamentales sur les questions dites de fond. »
(…)
« Florian Philippot a sa place au Front National… mais à « sa » place, comme tout le monde. Il faut éviter qu’il y ait l’hypertrophie d’un personnage par rapport à Marine Le Pen. »
(…)
« Marine Le Pen a eu tort [d’accepter que, pendant des mois, Florian Philippot soit présenté comme le numéro 2 du Front National.] Aucun membre du Front ne doit avoir une voix prépondérante. »
(…)
« [S’il ne renonce pas à son mouvement Les Patriotes], c’est lui qui décide de s’en aller. (…) De lui-même, il se met à l’extérieur. »
(…)
« La seule question qui se pose, c’est : est-ce que [Florian Philippot] quitte cet espèce de mouvement qui ne veut rien dire pour réintégrer [le Front] à « sa » place -qui n’est pas la deuxième, qui n’est pas la première, qui est la même place pour chacun d’entre nous. »

A propos de Laurent Wauquiez

« Que Florian Philippot puisse rejoindre Wauquiez… et alors ? »
(…)
« Wauquiez découvre que la droite existe et doit être forte… c’est Hibernatus !»

A propos de l’opposition et de la France Insoumise

« Le gouvernement s’est organisé une opposition de confort. »
(…)
« [Mélenchon] serait prêt à gouverner demain avec Macron s’il le fallait. C’est de la comédie. Le peuple ne doit pas être dupe de l’opéra-comique que jouent les Insoumis soumis… sinon ils ne seraient pas conviés par le Premier ministre. »
(…)
« Vous croyez que l’Assemblée nationale aujourd’hui représente vraiment ce que le fin fond du peuple ressent ? »

A propos d’Emmanuel Macron à l’ONU et de la diplomatie française

« [C’était un discours] conforme à ce qu’est Emmanuel Macron, un homme de la parole médiatique (…) C’est un bel opéra, ça fait plaisir à entendre chanter, mais qu’est-ce que les mots viennent inscrire ? »
(…)
« Pour intercéder, il faut être d’une certaine puissance. Militaire, économique et politique. Par toutes sortes de reculades qui ne commencent pas d’aujourd’hui, on a perdu cette capacité à peser sur le monde. »
(…)
« La diplomatie française a tellement reculé et renoncé qu’elle n’a plus le tranchant nécessaire. »
(…)
« Sur la Corée du Nord, quel impact [la France] peut avoir ? Je le déplore, j’aimerais qu’on soit d’une importance gaullienne. Qui peut s’imaginer que M. Macron a une autorité quelconque sur l’autre dingo à la dynamite ? »

A propos de l’interview accordée par Emmanuel Macron à CNN

« Je considère que lorsqu’on s’adresse aux Français et à ceux qui vivent [dans le pays], on parle de France. C’est une règle de la courtoisie diplomatique : on n’a pas à s’exprimer sur la France de l’étranger. »
(…)
« Macron n’a pas envie de parler aux journalistes français, il leur doit trop, il est redevable (…) Il refuse de payer sa dette à la presse. »

A propos du débat télévisé Macron – Le Pen de la présidentielle

« Un débat raté, ce n’est pas une carrière loupée. Sinon Laurent Fabius ne serait pas au Conseil Constitutionnel. »