“Si on reprend la taxe carbone, il faut absolument garantir aux Français que 100% des recettes vont au financement de la transition écologique” estime François de Rugy

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et Solidaire, était l’invité politique de Renaud Blanc ce mardi 5 mars, à 8h15.

 

La taxe carbone, le grand retour ?

Interrogé sur un retour de la taxe carbone, le Ministre de la Transition écologique a décliné les 3 modalités possibles d’une “reprise d’une trajectoire progressive de hausse“. Il a tout d’abord posé la question du rythme de la taxation par litre de carburant : “Est-ce qu’on la reprend ? Est-ce qu’on la fait au même rythme ? Est-ce que c’est toujours 3 centimes ? Est-ce que ça ne peut pas être à 1 ou 2 centimes ? Il poursuit : « si on reprend la taxe carbone, il faut absolument garantir aux Français que 100% des recettes vont au financement de la transition écologique ». Le Ministre a enfin conclu en expliquant, qu’en cas d’une hausse des prix du pétrole, le Parlement devait “ nous (le gouvernement) donner les moyens de réagir très vite pour stopper la hausse.”

L’industrie automobile face à l’urgence climatique

François de Rugy a par ailleurs soutenu que l’effort de la transition écologique ne pesait pas uniquement sur les automobilistes mais aussi sur les industriels de l’automobile. “ L’Europe nous sert de levier pour mettre la pression sur les industriels de l’automobile qui voudront vendre des voitures en Europe en 2030. Ils devront proposer des voitures qui émettent 37,5 (grammes) de CO2 de moins par rapport à maintenant” a annoncé le ministre de la Transition écologique. Il poursuit : “les industriels qui ne respecteraient pas ses objectifs auraient des amendes”.

Une sortie de glyphosate, en vain ?

“La viticulture française, qui représente 50 % de la consommation du glyphosate en France, va être sans doute la première filière à signer un contrat avec le gouvernement pour sortir du glyphosate en 3 ans ” a annoncé le ministre. Il s’est par ailleurs joint à la proposition d’Emmanuel Macron au sujet de la création d’une agence européenne indépendante de contrôle de l’alimentation “ qui se fera au bénéfice des consommateurs européens qui doivent avoir le droit à une alimentation de qualité ” assure-t-il.

Européennes : rassembler pour mieux lutter

En réaction à la tribune présidentielle sur l’Europe, François de Rugy a également appelé au rassemblement à l’échelle nationale des progressistes pro-européens de droite et de gauche. “Il faut défendre l’Europe” contre les puissances mondiales (Chine, Etats-Unis, Russie) qui “veulent affaiblir l’Europe en soutenant les forces de division comme les nationalistes et les populistes” s’alarme-t-il.

 

Arthur Barbaresi