Saint-Valentin : Meetic, Tinder, le fructueux business du dating

Istock

A l’approche de la Saint-Valentin, il y a une activité qui se porte à merveille c’est celle des application de rencontres. Le business du dating comme disent les Américains, est une véritable poule aux œufs d’or.

Meetic et Tinder appartiennent à American Match, le numéro 1 du secteur du dating

C’est un métier hyper rentable pour une poignée d’acteurs qui contrôlent une cinquantaine de marques mondiales. Le numéro un s’appelle Américain Match, le propriétaire de Tinder qui a racheté Meetic en France il y a dix ans. Et Match, c’est un groupe dont la capitalisation boursière dépasse les 45 milliards de dollars. C’est trois fois plus que la Société Générale ou c’est l’équivalent d’un groupe comme Pernod Ricard. Et c’est 1700% de progression en cinq ans.

 

A lire aussi

 

Le dating marche, et marche même de mieux en mieux. Il y a quelques années, ça avait un côté un peu vulgaire ou sulfureux. Les petites annonces, ce n’était pas pour tout le monde et ça ne marchait pas super bien. Aujourd’hui, c’est devenu ludique et technologique. Les jeunes générations, les Millenials, ne se posent pas la question. Ils utilisaient ces services avant la Covid, et avec le confinement et la limitation des interactions sociales, il y a encore plus de gens qui ont encore plus envie d’utiliser ces services utilisant l’intelligence artificielle et des algorithmes. Le résultat c’est que Tinder fait presque 1,5 milliard de chiffre d’affaires. C’est la première appli payante au monde derrière les applications de jeux vidéos.

 

Les applications de rencontre doivent être efficaces, mais… pas trop vite !

Le besoin n’est pas près de disparaître et comme les tabous tombent, la demande devrait continuer d’augmenter. Mais ce n’est pas un métier facile, parce qu’un client content, c’est un client qui trouve l’âme-sœur et donc c’est un client que vous perdez. Les applis doivent donc trouver le bon dosage entre être efficace mais… pas trop vite. En moyenne vous avez quand même entre 20 et 50% de vos clients qui partent tous les mois. Avoir des millions de clients par abonnement c’est bien. Mais devoir reconquérir des millions de clients tout le temps c’est compliqué et cela coûte cher. Les coûts d’acquisition sont élevés. Ensuite il faut trouver le bon dosage. Il faut à la fois proposer un vivier potentiel très large mais en même temps la tendance c’est d’avoir des services personnalisés ou qui répondent à certaines catégories. En tous les cas, en cette veille de Saint-Valentin je peux vous dire que les applis de dating se frottent les mains.

David Barroux