Roselyne à croquer (mais sans Croks)

Je lui ai demandée d’être la marraine de cette nouvelle émission. Pourquoi ? Parce que lorsqu’elle est venue la première fois (dans Musiques de Stars), elle a fait un tabac. « On vous a découverte » lui ont dit les gens dans la rue. Elle ne pensait pas que Radio Classique était si écoutée. Françoise Giroud disait que Chirac planquait un livre de poésie chinoise derrière le magazine « Lui ». Roselyne Bachelot cache son amour pour l’opéra derrière ses tailleurs roses et ses rires espiègles. C’est une femme profonde et courageuse, qui agit sans donner de leçons aux autres. On voit plutôt le contraire à la télévision, en général. Son programme était magnifique. Elle a parlé de son père avec beaucoup d’émotion. J’espère que les auditeurs ont ressenti les choses comme moi.

· Ingemisco Requiem de Verdi / Pavarotti

Madeleines

– J’ai du bon tabac

– Jésus que ma joie demeure (à l’orgue ?)

– Israël en Egypte (Mackerras)

Liste

· Dove sono Les noces de Figaro de Mozart – Kiri Te Kanawa/Solti (directement l’air, pas le récitatif)

· Adieux de Wotan Die Walküre de Wagner par Hans Hotter (à peu près au deuxième tiers, à partir de : « Der Augen leuchtendes Paar

· Te Deum de Scarpia Tosca de Puccini, fin de l’acte I « Tre sbiri una carrozza » Gobbi, Callas/Sabata

· Asile héréditaire Guillaume Tell Rossini (Thill)

· Pie Jesu Requiem de Fauré (Mellon, Herreweghe)

· Oui, c’est elle, c’est la déesse Les pêcheurs de perles Bizet (Gedda, Blanc)

· Rachel, quand du Seigneur La juive Meyerbeer (Roberto Alagna)

En plus : Sylvie Vallayre « Trouvere » (en MP3 envoyé)