Romain Sardou, une découverte !

romain-sardou-et-olvier-bellamy.jpg

Je suis à New York pour rencontrer Renée Fleming, qui fait l’ouverture de la saison du Metropolitan Opera ce soir (minuit et demi, heure de Paris). L’émission sera diffusée vendredi 3 octobre à 18 h 30. Qu’on se le dise ! Je vous raconterai comment cela s’est passé dans la Matinale de Jean-Luc Hees, demain vers 9 h 20, rubrique « ça s’est passé hier ». Il sera 3 h 20 du matin ici, j’espère que je serai assez frais et que je n’aurai pas abusé du champagne…

Dans ma petite chambre d’hôtel, je réécoute l’émission de Romain Sardou avant d’imprimer son programme sur cette page. Ce garçon est très sympathique, non ? Il parle avec le même débit que Renaud Capuçon, ne trouvez-vous pas ? Son amour et sa connaissance de la musique sont authentiques. Son programme, qui établit des correspondances avec sa passion pour l’aventure, le sacré et le fantastique (ingrédients de ses romans) est une vraie réussite. Non ?

Je ne savais pas que le fils de Michel Sardou écrivait des livres. Cette émission me donne envie de le lire. Je suis sûr que beaucoup d’auditeurs ressentent comme moi. Cela nous donne envie de recevoir le père, Michel Sardou, qui, d’après le fils, nourrit une vraie passion pour la musique classique depuis longtemps. J’ai déjà pris contact avec lui. Il est d’accord. Ce n’est qu’une question de dates.

Le choeur d’enfants à la fin du premier acte de Parsifal.(Solti)

« Madeleines » : 

Keith Jarrett, Sun Bear Concerts, Morceau : Osaka, 8 novembre 1976, Pt. 1

Mozart, Divertimento en fa majeur, K 138

 « Rallala Rallala » du Hansel et Gretel)

Scène finale de l’Acte I du Freischütz (Kleiber)

Scène de la Gorge aux Loups du Freischütz de Weber (Carlos Kleiber)

Symphonie n° 9 de Bruckner, 1er mvt (Eugen Jochum)

Requiem de Mozart, « Tuba mirum »

Symphonie alpestre de Richard Strauss (4e mvt)

Verdi : Otello, duo d’amour du 1er acte, (Serafin)

Mendelssohn : Le songe d’une nuit d’été No.3 : « Bunte Schlangen, Zweigezüngt »

Elgar : Theme des Variations enigmatiques

Ouverture Egmont de Beethoven (version de Léo Ferré où il récite son texte sur la musique de Beethov. Morceau d’anthologie !)

-