La Revue de Presse du jour – 25/01/2017

La revue de presse… La journée bordelaise de François Fillon risque d’être polluée aujourd’hui.

François Fillon déjeune avec Alain Juppé. Premières retrouvailles après la primaire.
Les deux hommes ne se sont pas revus depuis leur duel fin novembre. Une bonne table a été retenue, La Tupina, selon Sud-Ouest, déjà fréquentée par les présidents Chirac et Sarkozy.
Il y a un enjeu politique derrière ce déplacement à Bordeaux du candidat François Fillon : la première adjointe à Alain Juppé, Virginie Calmels, va lancer à cette occasion un club Droitelib qui se présente comme un missile anti-Macron…

Mais François Fillon va être interrogé sur la rémunération de son épouse comme attachée parlementaire…

Pénelope Fillon, plutôt réputée se tenir en dehors des affaires politiques de son mari, a perçu quelque 500.000 euros brut en tant qu’attachée parlementaire de son mari, révèle Le Canard Enchaîné.
« Il n’est pas interdit aux parlementaires de faire embaucher des proches comme collaborateurs, à condition qu’il ne s’agisse pas d’emplois fictifs », souligne Le Monde.
Le Canard enchaîné affirme par ailleurs que Mme Fillon fut aussi salariée pendant 20 mois de La Revue des Deux Mondes, propriété de Marc Ladreit de Lacharrière, un ami de François Fillon.
La réplique de l’entourage de l’ancien premier ministre, sollicité par Le Monde : Oui, Mme Fillon a été la collaboratrice de François Fillon, oui elle a travaillé pour La Revue des Deux Mondes… « Elle a toujours travaillé dans l’ombre, car ce n’est pas son style de se mettre en avant ».

D’autres élus ont déjà été épinglés pour avoir rémunéré leurs épouses…

Jean-François Copé, Bruno Le Maire, Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale… Le Parisien note –je cite- que cette pratique légale jette néanmoins le trouble sur la droiture revendiquée du candidat…
…le candidat Fillon dont le discours « sacrificiel » rend difficile sa conquête des catégories populaires, analyse L’Opinion. François Fillon dévisse auprès des plus modestes selon le baromètre Ifop pour L’Opinion et Paris-Match : il passe de 19% à 11% d’intentions de vote alors qu’il reste stable auprès des catégories supérieures.
Autre enjeu du moment : ne pas laisser les ex-supporters d’Alain Juppé à la primaire passer dans le camp d’Emmanuel Macron… C’est tout l’enjeu de ce club Droitelib lancé aujourd’hui à Bordeaux (sous l’œil de Fillon et Juppé), un club sur le créneau droite libérale-humaniste-progressiste…
Certains parlementaires ont sonné l’alerte sur la dynamique Macron, sur la jeunesse qui part chez lui… Libération évoque ce « spectre d’une fuite ». L’ancien ministre de Jacques Chirac, qui fut membre de son équipe de campagne en 1995 , Renaud Dutreil, s’avance en ces termes dans Libé : « La chiraquie canal historique est derrière Macron… »
(un mot encore sur Emmanuel Macron, puisque lui aussi est épinglé…. On lit ça notamment dans Le Parisien… Un livre sur Bercy évoque les 120.000 euros que le ministre a utilisés pour des agapes En marche!)

Autre chose : plusieurs chiraquiens historiques se mobilisent pour… Jacques Chirac !

Et si Jacques Chirac obtenait le Prix Nobel de la paix ? Plusieurs proches de l’ancien président de la République, notamment Jean-Pierre Raffarin et Thierry Breton, ont déposé lundi un dossier de candidature à Oslo.
Ce prix a déjà été attribué à de nombreux chefs d’Etat, dont Mandela et Obama, rappelle Le Figaro… La candidature de Jacques Chirac est justifiée, disent ses proches, pour son respect sincère des civilisations, du continent africain…
Le Nobel de la paix est décerné tous les ans, mais la décision du comité peut prendre du temps, voire des années…

Un mot du duel du jour… Hamon-Valls… Ca va se jouer sur un ring…

Un « ring », le mot est dans Le Figaro… Et toujours les interrogations de la presse sur la stratégie de Manuel Valls qui veut cogner fort, débusquer son adversaire sur le travail, le communautarisme, le travail…
Mais Manuel Valls ne risque-t-il pas d’alimenter encore le vote contre lui ? s’interrogent Les Echos qui rapportent la parole d’un ministre resté discret dans la bataille. Pour lui, Manuel Valls se trompe sur le sens du vote : les gens ont voté pour le renouvellement, beaucoup ont voté Hamon sans être d’accord avec rien de ce qu’il propose… ! »
Faut-il préciser que plus aucun éditorialiste ne croit à une réconciliation…
A lire ce matin dans Le Parisien, la carte de la radicalisation… Les signalements et les informations de terrain ont permis de dresser un fichier de quelque 15.000 radicalisés en France… Entre 3000 et 4000 considérés comme les plus dangereux et sont suivis de près.

Quelques portraits dans la presse ?

Le Monsieur com de François Hollande dans Libé : Gaspard Gantzer… décidé à rester jusqu’au bout. Il n’arrive pas du tout à se projeter, « je ne sais pas à quoi ma vie va ressembler »…
Et puis le navigateur Thomas Coville dans Le Parisien… Tous les partis politiques ont essayé de le récupérer, dit-il, après son record du monde en maxi trimaran.
Thomas Coville n’a qu’une envie : repartir. « C’est impossible de trouver quelqu’un capable de comprendre ce que j’ai fait, se mettre dans une telle limite, être acculé par cette nature qui te pousse à penser Si tu craques t’es mort »…
Qui peut comprendre ? demande Thomas Coville… qui évoque néanmoins son retour à la normalité : j’avais envie de produits forts en bouche, comme de l’andouille, et à l’arrivée certaines odeurs m’ont presque agressé, notamment le parfum des gens.
Pour fuir le parfum des gens, une seule solution en effet : repartir.
Michel Grossiord