La Revue de Presse du jour – 19/10/2017

La revue de presse… Un parfum d’éternité pour commencer et nous mettre en joie !

L’éternité des Rolling Stones, celle d’Astérix et Obélix (pour ces derniers, plus assurée)
Mais Le Figaro pose la question au sujet des rockers qui ne quittent plus la scène : sont-ils éternels ? Ils ont tous dépassé les 70 ans, ce qui les amène à observer un repos de 3 jours entre chacun de leurs concerts (ce sera le cas à l’U Arena, la nouvelle salle de l’Ouest parisien à Nanterre qu’ils inaugurent)
Mick Jagger et Keith Richards, réconciliés, sont désormais prêts à se supporter jusqu’à ce que la mort les sépare, écrit Olivier Nuc. Leurs carrières solo n’ont pas transcender les foules, alors ils sont condamnés à se tolérer s’ils veulent encore recueillir les bravos des foules du monde entier…

C’est aussi un business rentable…

Ils sont déjà très riches, mais ce sont eux qui génèrent le plus d’argent au monde, explique Paris Match…qui raconte les Stones côté business… Leur fortune se compte en centaines de millions de dollars, mais ils dépensent des sommes astronomiques pour leurs dépenses quotidiennes (propriétés en nombre,, etc…)
Astérix ? Obélix ? Eux-aussi se déclinent encore très bien aujourd’hui, commentent le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Didier Conrad, qui signent le 37ème album… Le premier est brillant, le second virtuose, s’enthousiasme La Croix… comme Le Figaro… comme Le Parisien…
Astérix et la Transitalique, publié aujourd’hui simultanément dans 16 langues à 5 millions d’exemplaires dont 2 pour la France !
La mythologie inventée au début des années 60 par Gosciny et Uderzo continue à fonctionner… La fille de René Goscinny, mort il y a 40 ans, en parle très bien dans Charlie Hebdo… « Je trouve capital, dit-elle, de rappeler que le mythe français d’Astérix a été créé par un Italien et un juif polonais »…

On reste dans la bande dessinée… avec un numéro spécial de Philosophie magazine..

Gaston Lagaffe… Un philosophe au travail. Le mensuel se transforme en album pour célébrer sinon réhabiliter l’employé ingénieux (le Diogène des open spaces), bienveillant et très paresseux en apparence !
Voilà pour les lectures sympathiques du jour, on change de registre avec la plongée brutale, nauséabonde, dans la vie de la famille Merah…
« L’ambiguë » mère des frères Merah, comme dit Le Parisien, s’est employée hier au Palais de justice de Paris à tout réfuté, jusqu’à nier l’évidence…
Mensonges en série, souligne aussi Le Figaro. Elle n’a probablement jamais livré une réponse qui corresponde à la vérité… « Entre la justice et son fils, elle a choisi son fils », a justifié l’avocat Eric Dupond-Moretti, citant Albert Camus, et provoquant un tollé dans la salle…
Quel sentiment peut provoquer la lecture de l’enquête du Monde sur la famille Merah vue de l’intérieur ?
Je vous lis les premières lignes de l’article de Pascale Robert-Diard : « Chez les Merah, on a beaucoup aimé les attentats du 11 septembre. Abdelkader (c’est lui qui comparait devant la cour d’assise spéciale pour complicité avec son frère Mohamed) avait 19 ans. Il exultait. Son petit frère, Mohamed, alors âgé de 13 ans, était content lui aussi. Pour rire, ils s’appelaient Grand Ben Ben et petit Ben Ben. Kader avait même eu l’idée de se faire tatouer le nom de Ben Laden sur le front…
Chez les Merah, on déteste les Américains. Les juifs aussi, à cause des Palestiniens. On n’apprécie pas non plus les ‘Français’. Souad, l’aînée des filles, répétait à l’envi qu’elle pourrait se faire exploser ‘dans le métro, avec ses enfants », parce que ‘ce n’est pas des innocents qu’on tue, c’est des mécréants’
Quand Zoulikha, la mère qui était au Palais de justice de Paris hier, a appris que c’était son petit dernier, Mohamed, qui avait tué 3 militaires, grièvement blessé un quatrième et abattu à bout portant 3 enfants de 8,5 et 3 ans et le père de deux d’entre eux devant l’école juive Ozar-Hatorah de Tolouse, elle a déclaré : ‘Mon fils a mis la France à genoux’ ».
Fin de citation, mais il y a encore de nombreux chapitres dans cette enquête signée Pascale Robert-Diard à retrouver dans Le Monde…

Politique : la compétition pour être l’opposant numéro 1 à Emmanuel Macron va-t-elle être relancée ?

Jean-Luc Mélenchon serait en plein blues, selon Le Figaro… Il s’interroge sur sa stratégie car la contestation sociale peine à s’installer…
Jean-Luc Mélenchon attaqué par ailleurs par Marianne qui reproche ses accommodements avec la laïcité pour ne pas condamner la dimension religieuse de la radicalisation islamiste…
Le leader de la France insoumise est de ceux qui proclament que les attentats djihadistes n’ont rien à voir avec l’islam, au risque d’affaiblir tous les musulmans qui reconnaissent la dimension religieuse de cette violence et tentent d’y soustraire leur foi, observe aussi Jean Birnbaum du Monde qui poursuit : « Ici, la contradiction éclate : cette gauche insoumise, qui voit la Vierge partout sur la bannière de l’Europe, refuse de discerner la moindre trace de religion sur celle du groupe Etat islamique ».

Marine Le Pen va elle tenter un retour ce soir sur France 2…

L’Opinion lui consacre sa manchette : Retour à la case débat… Mais son discours est inaudible, et personne ne l’imagine plus aux portes du pouvoir, écrit L’Opinion, confirmée par Jean-Daniel Lévy d’Harris interactive : « Son problème, c’est qu’elle est sortie du spectre ».
Le débat raté d’entre deux tours menace de coller à la crédibilité de Marine Le Pen comme le sparadrap aux doigts du capitaine Haddock, écrit Béatrice Houchard.
Après Obélix, Spirou, l’occasion était trop belle : terminer cette revue de presse avec Tintin…

Michel Grossiord