La Revue de Presse du jour – 17/01/2017

Réécouter la Revue de Presse du jour

Les routards ont bien changé !

Ils ont bien vieilli les routards qui partaient à l’aventure avec pour tout bagage un sac à dos, le fameux Guide, et animés par une méfiance de l’argent. « Il n’est de richesse que d’hommes. »
On découvre avec stupéfaction que le fameux « Guide du routard » sort demain une édition très particulière : « Le Guide du routard de l’investissement en Bourse »…
Pour 9 euros 90, 114 pages pour guider les petits épargnants soucieux de placer une partie de leurs économies. Le ton reste celui que l’on connait, précise Le Parisien : léger, décalé, avec des bons plans pratiques. Le tout parrainé par une société de gestion de portefeuilles.

Le routard en bourse ! On rêve…

L’avertissement figure dès les premières pages : avant 10.000 euros à investir, passez votre chemin…
Mais vous pouvez commencer à préparer un matelas pour votre retraite…
Si le Guide du routard chante les louanges de la Bourse, Henri de Castries a peut-être moins de souci à se faire. Même si l’ancien président de l’assureur Axa dispose d’un bas de laine en actions supérieur à 44 millions d’euros, glisse Libération dans sa double page titrée: « Henri de Castries, l’insécurité sociale de François Fillon ».
Le soutien de ce libéral convaincu (qui affiche son ambition politique) risque de couper l’ancien premier ministre des couches populaires, selon Libé.
Henri de Castries répond lui-même dans Le Figaro : « Réussir dans la vie économique devrait-il disqualifier pour agir pour son pays ? »
En substance, mon patrimoine est le reflet de la réussite d’Axa, ma rémunération a toujours été connue… « On peut me pointer du doigt mais on n’arrivera pas à me faire rougir »…
(Au passage, Henri de Castries estime qu’avec Emmanuel Macron ce serait la perpétuation du hollandisme)

Restons à la Bourse, mais on va parler maintenant de milliards !

Un mariage à 50 milliards : c’est le pari du champion Essilor. Le français numéro mondial des verres se marie avec le géant italien des montures de luxe Luxottica. Alliance de la technique et de la mode.
L’information est à la Une des Echos, qui analysent longuement (à l’instar du Figaro Economie) cette naissance du géant mondial des lunettes. Un poids lourd du CAC 40 pesant autant en Bourse que Renault, Michelin et Valéo réunis !
Des questions se posent bien sûr sur le centre de décision (en France, en Italie), sur les économies qui seront réalisées… Mais, notons pour les futurs acheteurs du Guide de routard de l’investissement en bourse, et les autres, que la nouvelle de ce mariage a suscité l’engouement des marchés. Les cours d’Essilor et de Luxottica ont bondi…
Les Echos en profitent, dans la rubrique En vue (portrait de Hubert Sagnières, le patron d’Essilor), pour ironiser sur je cite « un week-end riche en calembours », citant l’invention du 49-3 citoyen par Benoît Hamon, l’urgence du cannabis, on en passe…
Le mariage Essilor – Luxottica est venu rappeler (se félicitent Les Echos) l’existence d’une économie réelle, « pendant le spectacle, les affaires continuent », il n’y a pas que le joint dans la vie, il y a aussi les joint-ventures…
Fin de citation.
Dans le même ordre d’idées, signalons que Le Monde prend position de manière très claire dans son édito contre l’idée d’un revenu universel défendu par Benoît Hamon… « Fausse bonne idée, utopie », écrit Le Monde.

Autre idée en débat : la fin du travail !

Ce n’est pas du tout ce que pense Manuel Valls, qui s’exprime longuement dans Libération : « Je ne crois pas à la raréfaction du travail »
Au Japon, on est loin d’envisager la fin du travail… L’enquête des Echos sur les ravages du surmenage est impressionnante, alarmante.
Au Japon, le surmenage se nomme le karoshi, il est ancré dans les mœurs des salariés. Dans près d’un quart des entreprises, les employés déclarent plus de 80 heures supplémentaires par mois.
Le karoshi touche 40% des salariés.
Plus de 2.000 suicides seraient motivés chaque année par un stress professionnel.
Des sociétés japonaises tentent de freiner cette dérive, avec cet exemple incroyable. Dans plusieurs grands groupes, la direction a imposé une coupure de l’éclairage des bureaux à 22 heures pour pousser leurs équipes dehors. Mais, dans nombre de cas, les salariés se sont achetés des lampes portatives de camping pour finir leurs dossiers.
Titre de l’article : Pourquoi les Japonais se tuent-ils au travail ?
Une partie de la réponse est aussi la faiblesse du salaire de base, hors heures sup…

Enfin, un hymne à l’Europe ce matin dans beaucoup de journaux…

Prenons notre destin en main ! Resserrons nos rangs pour conserver la maîtrise de notre destin ! Face à Trump, l’union fera la force !
Le Figaro, La Croix, Ouest-France, La Voix du nord réagissent vivement à l’offensive Trump qui mise sur une dislocation de l’Europe…
Le journaliste du Times qui a recueilli l’interview du président élu, Michael Gove, a donné une description étonnante de sa rencontre d’une heure avec Donald Trump : « Il ressemble à un homme branché à une source électrique dont la puissance aurait été réglée à des niveaux bien supérieurs à ce que les règles de sécurité recommandent ».
« C’est une force de la nature, sa peau brille d’un jaune orangé, ses cheveux sont plus blonds qu’aucun humain que vous rencontrerez et ses vêtements sont dans des couleurs primaires tellement vives que n’importe qui d’autre présent dans la pièce à l’air terne ».
Fin de citation. Il va néanmoins falloir rivaliser !

Michel Grossiord