La Revue de Presse du jour – 15/09/2017

La revue de presse… C’est vendredi, le jour peut-être pour distribuer bons et mauvais points à quelques héros de l’actualité ?

Des coups de griffe, des caresses…
On trouve les deux dans les journaux ce matin…
D’abord les coups de griffe ?
Les professionnels de la hargne, c’est ainsi que Bruno Frappat qualifie dans La Croix ceux qui ont exprimé « une colère indécente des métropolitains » après le passage d’Irma aux Antilles…
La colère des victimes après une telle tragédie est compréhensible, c’est pour ainsi dire la moindre des choses… Mais que dire de ceux qui se sont précipités sur la scène médiatique pour délivrer leurs tirades de procureurs perpétuels, claironner que l’Etat avait été nul.
« On aurait aimé ‘les y voir’, écrit Bruno Frappat, les Ciotti, Marine Le Pen et Mélenchon, nos atrabilaires patentés, face à Irma »

Voilà un premier coup de griffe… Au passage, ce n’est pas la colère mais l’abattement que l’on éprouve en tournant les pages de Paris-Match sur l’enfer au paradis… « Saint-Martin, île morte. Le monstre a tout fait exploser »

Dans Paris-Match également, l’admirateur d’Emmanuel Macron… l’écrivain Philippe Besson.

« Je me moque de l’objectivité », explique l’écrivain qui publie un livre sur les coulisses de la victoire présidentielle.
Le romancier est conscient du risque de céder à la séduction, d’être instrumentalisé, voir manipulé… Il était sans doute conscient aussi du risque d’être éreinté, moqué, ce que fait sans limite Frédéric Beigbeder dans Le Figaro magazine.
Coup de griffe : « Emmanuel Macron, le lecteur de Stendhal, dont le maître à penser fut Paul Ricoeur, a choisi Philippe Besson pour le suivre… C’est comme si j’apprenais à jouer de la guitare avec Keith Richards pour finir par monter un groupe avec Hervé Vilard »…
Ca sent le règlement de compte entre écrivains… On a hâte de lire sous la plume de Philippe Besson la critique littéraire du futur roman de Frédéric Beigbeder…
En attendant, Frédéric Beigbeder alourdit la charge : Le livre « Un personnage de roman » est qualifié de robinet d’eau tiède, « nous subissons le témoignage d’une groupie aveuglée par la dévotion. Tristesse du courtisan… »
Philippe Besson est forcément dans la boucle… Dans une boucle de Telegram, l’application de messagerie instantanée cryptée présente partout au cœur de l’Etat.
C’est via Telegram qu’Emmanuel Macron communique avec ses conseillers et ses ministres, raconte L’Opinion…
Souvent le message du président de la République arrive vers 23 heures ou minuit : « Comment ça se passe ? » A charge aux correspondants du Chef de l’Etat de dresser le bilan de la journée, de rapporter les propos de leurs interlocuteurs, des journalistes et leur propre feeling politique.
Emmanuel Macron lit les comptes rendus, mais répond rarement…

Vous nous aviez promis avec les coups de griffes, les coups de cœur ?

On ne se lasse pas de lire les portraits élogieux de la ministre des Sports, Laura Flessel, fine lame décidément…
Et de Tony Estanguet, l’autre président de 39 ans, comme dit Le Parisien.
Double page sur le triple champion olympique de canoë qui s’est peu à peu imposé comme le leader naturel des Paris 2024…
Le Parisien écrit même qu’il a illuminé la candidature de Paris.
Peu de monde, il y a encore 3 ans, l’aurait imaginé la candidature…
Lui avoue avoir au départ ressenti un complexe d’infériorité car il vient d’un sport qui n’est pas considéré comme majeur… Tony Estanguet pensait qu’un athlète ou un nageur serait préféré…

Double alerte à la pollution !

La Provence : le rapport incendiaire sur le cancer des pompiers…
Ce rapport que révèle le journal de Marseille est inquiétant sur l’exposition aux fumées toxiques.
Une enquête épidémiologique a été ouverte dans la foulée de ce rapport…
Le Monde : cet air délétère du métro parisien.
Les voyageurs et plus encore les travailleurs du métro respirent un air de très mauvaise qualité, avec un taux de particules fines parfois 8 fois supérieur aux seuils autorisés…et bien plus que ce qui se mesure en surface dans la capitale.
Paradoxe : lors des pics de pollution, quand les pouvoirs publics recommandent aux habitants de Paris et de sa banlieue de préférer les transports en commun, ceux-ci respirent un sous-sol un air bien plus pollué !
La CFDT a décidé de distribuer massivement ce matin gare du Nord à Paris un tract : « Respirer dans les tunnels du métro et du RER nuit gravement à la santé ! »
Il faut savoir que les voyageurs et les employés de la RATP, s’ils respirent le même air pollué, ne sont pas concernés par les mêmes textes : la directive européenne sur la qualité de l’air ne s’applique pas aux employés des tunnels…

Enfin, une tribune dans Libération qui vous a fait sursauter…

La page est signée d’un philosophe et sociologue, professeur à l’Ecole nationale supérieure d’arts de Paris Cergy…
Geoffroy de Lagasnerie prend « la défense des accusés du quai de Valmy », qui vont bientôt être jugés par le tribunal correctionnel…
Ces accusés, tout le monde s’en souvient, avaient mis le feu à une voiture de police lors du mouvement contre la loi El Khomri à Paris…
L’auteur de la tribune écrit : cette affaire du quai de Valmy appelle plus le regard compréhensif de la sociologie politique que l’action répressive de la justice pénale…
Ils considère que ce qui s’est passé ce jour-là « résulte de l’intransigeance du gouvernement de l’époque. » Et il ajoute : « Qui ne se rappelle que le slogan le plus scandé était Tout le monde déteste la police ? ».
Conclusion du sociologue philosophe : la réponse à ce qui s’est passé ce 18 mai 2016 ne doit pas être de distribuer quelques années de prison à des militants qui n’ont au fond fait qu’exprimer par leurs actes une inquiétude et une colère collective.
Fin de citation.
On est saisi d’effroi par cette tribune, et on pense au policier noir et à sa collègue qui avaient réussi à s’extraire à temps de la voiture avant d’être grillés comme des poulets

Michel Grossiord