La Revue de Presse du jour – 13/11/2017

La revue de presse… Le sens de ce triste anniversaire du 13 novembre 2015, qui fait toutes les Unes ce matin…

Une commémoration pour témoigner de l’empathie d’un pays tout entier. Et pour afficher notre volonté de ne pas baisser la garde face aux projets fous qui continuent de s’élaborer en secret.
Voilà comment Sud-Ouest, suivi par tous ses confrères, résume le sens des cérémonies du souvenir.
Les projets fous ? La menace visant la France reste très forte, comme en témoigne la propagande de Daech, avertit dans Le Figaro le patron de la DGSI.
Laurent Nunez, chef du renseignement intérieur, constate par rapport à 2015 une certaine forme de « professionnalisation » de la mouvance terroriste (des bombes sophistiquées ont été découvertes lors d’opérations récentes, des formations accélérées à la fabrication d’explosifs étant dispensées via des tutoriels téléchargés sur des sites du groupe Etat islamique).

Le patron du renseignement intérieur rappelle que le risque zéro n’existe pas !

« On ne pourra jamais écarter l’hypothèse d’un attentat, par exemple, d’un individu isolé répondant à la propagande de Daech et passant à l’action avec des moyens rudimentaires. »
Depuis deux ans, 46 attentats ont été déjoués. 17 ont échoué et 10 ont eu lieu.
La DGSI suit environ 4.000 « objectifs », des personnes fichées. Les profils les plus inquiétants identifiés ? De l’enfant de 13 ans voulant commettre un attentat à des quinquagénaires, ‘vétérans’ déjà condamnés par la justice française…

Les Français peuvent être « fiers » de leur attitude depuis 2 ans, c’est une opinion exprimée ce matin…

« Les Français peuvent être fiers du calme dans lequel ils ont fait face à ces événements, avance La Croix. Ils n’ont pas cédé à la peur. Ils ne se sont pas abandonnés à des sentiments de haine et de vengeance. Ils n’ont pas cherché de bouc émissaire. Cette impavidité, remarquée par maints observateurs étrangers, n’allait pas de soi ».
Une opinion qui tranche avec l’accusation d’islamophobie, souvent reprise par certains médias, notamment Médiapart dont une journaliste (Jade Lindgaard) crée un fort malaise avec ses propos tenus sur France 5 ce week-end : dénonçant un « racisme d’Etat » dans notre pays, elle a affirmé (je cite) « L’islamisme n’est pas un phénomène grave »…
On s’étrangle…

Changeons de sujet avec un ministre toujours très présent dans les médias : Jean Michel Blanquer…

Long échange avec des lecteurs du Parisien. Des « unités laïcité » vont être créées pour épauler les enseignants confrontés à certaines difficultés…
Sur la radicalisation dans les établissements scolaires (élèves, personnels…), Jean-Michel Blanquer dit ne pas avoir encore de chiffres…
Réforme du bac, discipline, autorité… tous les sujets sont abordés, et notamment la question de l’orthographe et de la grammaire inclusive, qui rejette l’idée que le masculin l’emporte sur le féminin…
Fausse polémique, répond le ministre : outre que le masculin se confond avec le neutre, l’important est de donner aux élèves, notamment les plus défavorisés, une langue française structurée. « J’assume d’être assez néo-classique ».

Restons avec ce sujet de l’égalité femmes-hommes, avec la question de la séduction ! Comment désormais approcher l’autre sexe ?

Le harcèlement est l’œuvre de « porcs », qui souvent ne peuvent arriver à leurs fins que de manière brutale, a déjà commenté Claude Habid qui leur oppose « le galant homme » (l’anti-Weinstein)…
Une page du Figaro santé (à la page psychologie) donne quelques clés : comment se comporter face à une périlleuse attraction ? La séduction est affaire d’éducation, nous disent les spécialistes, mais comment réinventer les codes alors que le souci d’égalité entre les sexes ne joue plus guère en faveur de la galanterie telle qu’on la concevait jusque-là ?
Un mot semble désormais banni : draguer. Il y a quelques années, il impliquait une certaine liberté de mœurs, l’envie de faire toutes sortes de rencontres… Désormais, mieux vaut éviter ce terme. D’ailleurs, glisse Le Figaro, saviez-vous qu’il est d’origine marine et signifie : racler le fond ?

Amour, amitié… Faut-il aussi s’interroger sur le lien amical ?

C’est la proposition de La Croix qui lance une longue série (plusieurs semaines) consacrée à l’amitié… lien à l’autre impliquant à la foi bienveillance, authenticité, générosité et respect…
On retrouve les critères précédents…
Au passage, le terme d’ami concernant les contacts Facebook est dénoncé : La multitude est antinomique avec l’amitié…
Facebook relève de l’attitude utilitaire et narcissique, explique un professeur de philosophie.
Relevons au passage la description de Facebook par son premier président (Sean Parker) : il a expliqué que Facebook avait été conçu pour exploiter les faiblesses des gens… « Comment consommer le maximum de votre temps et vos capacités d’attention ? », c’était la motivation des gens qui ont créé Facebook (Mark Zuckerberg)

Enfin, une découverte : le flicage n’est pas que le fait des réseaux sociaux… Les restaurateurs s’y mettent aussi…

J’ai découvert ça dans Le Figaro. Ca semble ahurissant… « Au restaurant, Big Brother vous regarde ». Désormais, les maîtres d’hôtel utilisent Internet pour proposer un accueil soi-disant encore plus personnalisé.
Mon œil !
En fait, on est inspecté via Google lors de la réservation d’une table, ou si l’on commande une bouteille de bon prix !
Numéro de téléphone, date d’anniversaire, identité de l’époux, de l’épouse ou de l’amant, de la maîtresse qui partage votre couvert : dans le monde de l’hôtellerie, les concierges ont l’habitude de consigner des fiches de renseignements sur leurs clients dans des dossiers top secret nommés « cardex ».
Aujourd’hui, des logiciels spécialisés permettent d’aller encore plus loin.
Les restaurateurs draguent, à leur manière, ils râclent le fond !

Michel Grossiord