La Revue de Presse du jour – 11/12/2017

La revue de presse… François Fillon président !

Et président de dimension mondiale ! Président… de la « commission constructeurs » de la Fédération internationale de l’Automobile… A charge pour lui de revoir les règles de la Formule 1 pour les prochaines années…
L’info est signalée sous la forme de brèves dans les journaux…
Le nom de l’ancien premier ministre avait été un temps avancé pour succéder à la tête de la Fédération internationale à Jean Todt qui s’est finalement représenté.
Va va vroum…
Celui qui à droite se place déjà sur la ligne de départ de la prochaine présidentielle s’appelle Laurent Wauquiez… qui peut revendiquer, comme le souligne toute la presse, une large victoire à la tête des Républicains…

Est-ce une Formule 1 ?

Un homme pressé, dont toutes les étapes de la carrière politique sont rappelées…
Mais c’est l’image du « bulldozer » qui est retenu par L’Opinion.
Le mot « brutal » lui est aussi associé par Le Figaro.
Il lui faut maintenant rassembler sa famille politique, souligne Le Parisien.
Ouest France voit la droite à quitte ou double…
Mais il a réussi son pari, observe Le Monde…
C’est fou le nombre de citations peu aimables de ses camarades de parti. A la lecture des journaux, il y a Brice Hortefeux, qui ne tarit pas d’éloges, et tous les autres…
« Laurent Wauquiez se dit catholique. Très bien. Mais il est comme Pierre qui renia trois fois le Christ. Sauf que lui, il se renie de phrase en phrase ». Propos dans Libération d’un ancien ministre de Nicolas Sarkozy qui a côtoyé Laurent Wauquiez à la table du Conseil des ministres.
Sa parka rouge ? A droite, certains imaginent qu’il n’a pas choisi cette couleur par hasard : on n’y voit pas les traces de sang… rapporte L’Opinion qui raconte aussi l’épisode de la rentrée. La polémique sur les 13 années de droits à la retraite cumulées par Laurent Wauquiez depuis son détachement du Conseil d’Etat.
Laurent Wauquiez annonce vite qu’il se met en disponibilité de la fonction publique… et confie à ses amis : « Je veux être président de la République. Si je dois lâcher des points de retraite pour être président de la République, je lâche des points de retraite ».

Problème : à droite, il n’est pas le seul à vouloir être président de la République…

Son élection à la tête de LR lui donne une légitimité, soulignent les journaux, mais L’Opinion fait remarquer que Xavier Bertrand a pris hier soir, au moment même de la proclamation de la victoire de Laurent Wauquiez, de saluer « l’action et le sang-froid des sauveteurs » ayant permis le remorquage d’un ferry échoué à Calais…
Mais Laurent Wauquiez entend installer sans attendre son duel avec Emmanuel Macron, en l’attaquant moins sur les réformes économiques que sur d’autres fronts : la prise en compte de la France rurale et populaire, l’autorité, l’immigration. Le terrain régalien.

A l’Elysée, la réplique est déjà à l’œuvre…

Sur l’autorité, le retour aux fondamentaux de l’enseignement, le ministre de l’Education nationale incarne cette volonté…
Sur l’immigration illégale, c’est le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui est en charge de durcir la ligne, au point d’ailleurs, comme le souligne L’Opinion, de crisper une partie de la majorité…
Emmanuel Macron garde en tête l’idée de toujours plus fracturer la droite et la gauche… Du côté de cette dernière, le Chef de l’Etat rêve d’un « énorme coup » selon Le Parisien : amener Bertrand Delanoë à le rejoindre…
L’ancien maire de Paris, retiré en Tunisie depuis des mois, est rentré en France… « Il pourrait nous épauler pour les élections européennes », avance un député La République en marche. « Ce serait un énorme coup »…
Du côté de la mairie de Paris, la dette s’envole, selon L’Opinion. 6 milliards fin 2018. Elle était de 1 milliard en 2001… La dette servirait de plus en plus à couvrir les dépenses de fonctionnement.
La ville répond que la dette rapportée au nombre d’habitants reste inférieure à celle de Lille ou de Marseille…

Autre grand sujet du jour, la Corse…

Le triomphe des nationalistes.
Victoire absolue, souligne Corse Matin. Absolue mais redoutable, pour le journal de l’île, car les Corses attendent des actes : amélioration de leurs conditions et de leur cadre de vie.
Gilles Siméoni, le président du conseil exécutif de Corse, est interrogé dans plusieurs journaux… notamment sur cette question.
Libération lui demande : Certains électeurs vous attendent sur le front économique…
Gilles Siméoni de répondre en riant : Les emmerdes débutent…
La victoire absolue des nationalistes rend la presse nationale plus prudente sur l’objectif à long terme des nationalistes… Libé trouve ainsi aux vainqueurs des accents de chattemite, tenant le langage du loup déguisé en petit chaperon bleu-blanc-rouge… Leur objectif n’a pas varié, il s’agit bien de séparer politiquement l’île du continent.
Le Figaro semble un peu moins rassuré qu’au lendemain du premier tour, se demandant si toutes les dérogations demandées sont compatibles avec notre République une et indivisible ?

Johnny Hallyday ne quitte pas encore les Une…

Libération champagne sur une photo de plusieurs centaines de fans du chanteur qui lui ont rendu un dernier hommage en musique hier à Troyes…
Le Figaro montre la foule samedi à Paris pour un immense hommage populaire…
Et édito de La Croix ! Qui écrit ceci sous le titre « La foi d’un peuple »: « Dans ces funérailles, il s’est dit l’essentiel de la foi chrétienne : l’espérance. Il est heureux que l’Eglise sache être présente dans ces moments-là. »
Les obsèques à la Madeleine du rocker ont été « un abracadabrantesque moment d’évangélisation populaire ». C’est l’hebdomadaire La Vie qui avait déjà ce week-end qualifié Johnny « notre plus grand missionnaire »…
Qui l’eût cru ?
Michel Grossiord