La Revue de Presse du jour – 11/09/2017

La revue de presse… Semaine chargée et délicate pour Emmanuel Macron !

« Macron : sa semaine débute à Toulouse », annonce fiérote La Dépêche du Midi.
Ce lundi, dans la Ville rose, le chef de l’Etat évoquera le logement social…
Mardi : grosse journée… Il s’envole pour un déplacement aux Antilles, et il suivra la mobilisation de la CGT contre la loi Travail…
Irma. Des explications sont nécessaires, estime Le Figaro au diapason de la population de Saint-Martin qui se sent abandonnée à son triste sort et dénonce l’incurie de l’Etat !
Le Figaro dénonce la légèreté et la maladresse de Nicolas Hulot qui a déclaré : « Il y a des moments où l’événement nous dépasse ».
Les pillages étaient prévisibles : ils se produisent après chaque catastrophe de ce genre, mais à Saint-Martin le terrain était particulièrement favorable…Le Figaro présente une île gangrénée par la délinquance (3.500 crimes et délits), les trafics.
Une forte immigration clandestine complique l’emprise des institutions de la République.

Emmanuel Macron se rend donc sur place pour exprimer sa solidarité et éteindre la polémique…

« Que ceux qui critiquent viennent aider », lance déjà sa ministre des Outre-mer, Annick Girardin, citée dans Le Parisien…
Les polémiques poursuivent le chef de l’Etat puisque les éditoriaux du jour reviennent sur le mot « fainéant » !
-S’il cherchait à faire descendre un maximum de Français dans la rue, il ne s’y serait pas pris autrement, juge Libération qui titre « Vis ma vie de fainéant ». Le journal imagine la trajectoire d’un employé une fois les ordonnances sur le code du travail appliquées…
(Devinez comment s’achève la vie de cet employé passant de CDD à CDI de chantier ? Par un licenciement !)
La tonalité est évidemment critique sur l’emploi du mot « fainéant » : provocation ou maladresse ? S’il s’agit d’une provocation, elle est jugée inexcusable. Mais il paraît, ajoute Sud-Ouest, qu’Emmanuel Macron visait en fait ses prédécesseurs…

François Hollande, en tout cas, n’a pas affecté par le qualificatif…

C’est sans doute la Une la plus surprenante du jour… La Nouvelle République du centre-ouest : « La popularité retrouvée de François Hollande ».
L’ancien chef de l’Etat était vendredi soir dans les tribunes du stade Gaston-Petit de Châteauroux, à l’invitation de Michel Denisot, où il s’est offert un bain de foule…
Une soirée irréelle pour La Nouvelle République qui n’en revient pas d’avoir vu François Hollande, je cite, « accueilli comme une star dans les travées du stade municipal, sollicité pour des selfies… accueilli comme un héros ! La soirée n’en est pas restée là : François Hollande s’est attardé au salon des partenaires de La Berrichonne où il a joué le rôle qu’il connaît le mieux : faire rire l’assistance… »
Un vendredi soir à Chäteauroux…

Retour sur la loi Travail… avec le regard de la Suisse !

En Suisse, la loi du travail comporte… 74 articles, rappelle dans Le Figaro un confrère de La Tribune de Genève.
32 pages contre les 3.300 pages du code français…
Néanmoins, lit-on, la Suisse va fêter l’an prochain les 100 ans de l’ultime grève générale qui avait secoué le pays. C’était donc en 1918 !
Les contestations sont multiples et nombreuses en France… Ouest-France, qui organise le salon de l’élevage aujourd’hui à Rennes, monte au créneau contre les abolitionnistes, ceux qui demandent l’arrêt de l’élevage : une minorité, 2%, ils ont pourtant réussi en quelques mois à imposer leur agenda politique et médiatique. Une stratégie qui s’appuie sur la puissance des réseaux sociaux et la diffusion d’images tournées en caméra cachée dans les abattoirs…
Ouest-France défend le bien-être animal, mais aussi les 800.000 emplois concernés, une Normandie avec ses vaches, le Massif central avec ses salers…

Après les anti-viande, les anti-vaccins ont aussi réussi à donner de la voix !

Les opposants à l’obligation vaccinale sont même de plus en plus nombreux, constatent Les Echos pour s’en désoler.
Plus de 40% des Français expriment désormais leur méfiance, un record.
Pourtant, la science réfute leurs arguments, et rappelle qu’ils mettent en péril l’efficacité des politiques de vaccination de masse.
L’article de Paul Molga est très documenté et argumenté, il aborde notamment la question des adjuvants, agents de conservation et utiles à la réponse immunitaire qui accompagnent dans la dose du vaccin l’antigène destiné à prévenir la maladie.
L’aluminium est particulièrement contesté alors qu’un seul cas de maladie neurologique serait survenu depuis 2012 en France alors qu’environ 12 millions de doses de vaccins où l’on trouve de l’aluminium sont administrées chaque année !
Le refus des vaccins, la défense d’une supposée immunité naturelle font courir de grands risques.
Exemple de la rougeole. Cette année, déjà 35 Roumains, Allemands, Portugais, Italiens et Français ont péri de cette maladie infectieuse « bénigne »… alors qu’à l’échelle de la planète plus de 20 millions de vie ont été épargnées entre 2000 et 2015…

Enfin, un petit plaisir… Une citation d’Erik Orsenna dans son interview du Figaro à propos de sa biographie savoureuse de La Fontaine qui a observé comme personne les phénomènes de cour.

Erik Orsenna se souvient d’un déjeuner à l’Elysée : un invité prend soudainement sa respiration et l’air grave dit à François Mitterrand : « Monsieur le président, j’ai profité de mon dimanche pour relire notre Histoire. Depuis Louis XI, Louis XIV et Napoléon, personne n’avait comme vous gouverné la France ».
Je me suis dit : cette fois, c’est trop. Eh bien non. Le Tout-Puissant protesta pour la forme. Mais bientôt sourit. Puis ronronna. Et plus tard le flatteur obtint son secrétariat d’Etat. Je n’arrive toujours pas à le croire. Plus c’est gros, plus ça passe.

Michel Grossiord