La Revue de Presse du jour – 09/02/2018

La revue de presse… Affaire Nicolas Hulot, Affaire de presse…

Laquelle prend le pas sur l’autre ?
La lecture des quotidiens est sévère pour Ebdo, nouvel hebdomadaire qui fait sensation avec son 5ème numéro…
« L’affaire Nicolas Hulot », titre le magazine…
L’affaire Ebdo, répondent les quotidiens, tous sur la même ligne : au minimum la prudence, mais une condamnation assez large d’un « emballement » (manchette de L’Opinion)…
Un emballement jusqu’au malaise, juge Libération qui parle de « rumeurs »…
Nous vivons dans un monde de rumeurs et de dénonciation, qui profite désormais à l’accusation, déplore Nicolas Beytout de L’Opinion. Plus d’amnistie, plus de droit à l’oubli. En somme, la justice ne compte plus.
Commentaire semblable de Stéphane Durand-Souffland du Figaro : désormais la rumeur remplace la justice. Le chroniqueur judiciaire considère que le procès fait à Nicolas Hulot est inique, les accusations insidieuses…

Revenons au papier de 8 pages publié par Ebdo…

« La parole d’une famille, la conscience d’un homme » : c’est le titre de l’article.
Les journalistes, Anne Jouan et Laurent Valdiguié, se sont entretenus longuement avec celle qui a choisi de « régler ses comptes » à sa « façon », comme elle dit. Comprendre : déposer plainte 11 ans après non pour le faire juger « mais pour le mettre devant sa conscience ».
Premiers mots : « Je ne veux pas apparaître, ni maintenant, ni jamais », avant de livrer pendant près d’une heure un témoignage bouleversant…
L’anonymat de cette femme, 20 ans à l’été 1997, est levée par Le Parisien : il s’agit de Pascale Mitterrand, petite-fille de l’ancien président, fille de son fils Gilbert.
En fait, son nom avait déjà été évoqué dans une biographie de Nicolas Hulot parue en 2010, rédigée par la journaliste Bérangère Bonte. L’incorrigible séducteur, à la limite du harcèlement, était évoqué…

Ces derniers jours, le tout Paris politique et médiatique bruissait de cette « rumeur Hulot »…

Les formules « homme à femmes », « silence acheté », « garçonnière » circulaient sur les iPhone des parlementaires… Des conseillers ministériels passaient des coups de fil dans les rédactions (rapporte Libération) : « Alors, c’est vous qui faites sauter Hulot ? »
Cette fois, à ce stade, pas de démission, alors que d’habitude Nicolas Hulot est régulièrement submergé par des envies de démission : 8 fois depuis sa nomination, avance Le Figaro.
Sans doute le plus critique, du moins le plus perplexe, Libération évoque une enquête peu étayée. De fait, on sort de la lecture avec plus de questions que de réponses…
Ebdo reconnait dans l’éditorial signé de son éditeur, Laurent Beccaria, que « de nombreuses questions se posent également dans l’exercice du journalisme… Les deux récits sont là : d’un côté, l’honneur d’un homme, de l’autre la douleur d’une femme. Parole contre parole »
Mais l’éditeur affirme que « nous ne pouvions pas détenir ces éléments sur un homme public dans le contexte actuel sans en rendre compte ».

Position donc assez critiquée…

Ebdo fait-il rimer information avec inquisition ? se demande Paris Normandie…
Nice Matin voit le voyeurisme et le lynchage l’emporter sur la sérénité…
On passe de l’encens à l’opprobre, sans nuance et sans transition, commente La Voix du Nord.
Le Parisien, qui titre en gros La dérangeante affaire Hulot, juge les accusations aussi graves que filandreuses, et constate que Nicolas Hulot n’avait pas d’autre choix que de descendre dans l’arène pour se défendre en public. « Ce n’est pas une bonne nouvelle pour la démocratie », écrit Frédéric Vézard.

Autre « affaire » où le passé resurgit, l’affaire Mennel…

La chanteuse a annoncé ce matin qu’elle se retirait de The Voice..
Ses excuses après la révélation de ses messages complotistes au lendemain des attentats de Nice e de Saint Etienne du Rouvray, n’ont pas suffi…
Le Figaro consacre deux pages à Mennel, « une voix sans issue »… La candidate, au profil pour le moins ambigu, avait bien relayé des thèses islamistes…
Le Figaro voyait TF1 (avant l’annonce de ce matin) sur une voix dangereuse…

Les JO à la Une bien sûr…

Que le grand show du froid commence (L’Equipe)
Jeux d’hiver sur fond de rapprochement entre les deux Corées…
Un réchauffement qui profite au despote de Pyongyang, souligne la presse… qui attribue à Kim Jong-un une véritable performance olympique…
« Tous les Etats totalitaires adorent exhiber leurs sportifs lors des Jeux olympiques, rappelle dans Le Figaro le chercheur Pierre Rigoulot, Mais pendant ce temps, en Corée du Nord, les tortures continueront et les scientifiques peaufineront sans relâche leurs missiles nucléaires. »
La Corée du Nord s’invite au Sud : 22 athlètes dont 12 hockeyeuses qui se joindront à l’équipe d’une Corée réunifiée. Démarche inédite.
Mais les sportifs du nord resteront dans leur immeuble séparé à l’intérieur du village olympique, précise Libération.

Pour conclure, un coup d’audace !

Une médaille pour Thomas Thevenoud, le ministre qui avait peur des impôts…
Les journaux rapportent qu’il a déposé à l’Institut national de la propriété industrielle, à l’époque de l’affaire, l’expression « phobie administrative »…
La voilà marque protégée, et lui appartenant !
Comme quoi (ironise Michel Schifres de L’Opinion) il est possible d’avoir l’épouvante de l’administration (des paperasses et pour l’INPI, il en faut), et la bosse du commerce…

Michel Grossiord