La Revue de Presse du jour – 08/02/2018

La revue de presse… Et cette question : appartenez-vous au camp des râleurs ?…

Les victimes directes de la neige ont des raisons de se plaindre : nuit blanche dans leur voiture ou sur un lit de camp dans le gymnase le plus proche…
Mais les automobilistes piégés doivent aussi s’interroger : les chutes de neige avaient été annoncées, et chacun pouvait prendre ses précautions (laisser sa voiture au garage), observe Michel Schifres dans son billet à la Une de L’Opinion.
Il enfonce le clou : pourquoi donc personne ne s’interroge sur sa responsabilité personnelle ?
En revanche, trouver des coupables à une situation prévisible est un sport national : l’Etat imprévoyant, le gouvernement aveuglé, les trains incompétents, et d’autres choses encore…

Certaines questions sur la paralysie ne sont-elles pas légitimes ?

Questions fondées ?… Oui et non… Et parfois non ! Le Parisien répond à ces interpellations.
Ainsi l’alerte orange à la neige était-elle adaptée ? Oui…
Le réseau ferré est-il assez préparé aux basses températures ? Oui et non, mais plutôt oui si l’on considère que les perturbations (dans les gares) sont largement dues aux difficultés des cheminots à rejoindre leur lieu de travail…
Les routes ont-elles été correctement traitées ? Oui et non, mais faut-il investir dans plus de déneigeuses à 50.000 euros minimum pour un usage très rare ?
Ce serait là s’exposer à d’autres râleurs (ou plutôt les mêmes !), observe Jean-Francis Pécresse: ils critiqueraient alors le gaspillage de l’argent public en équipements inutiles…
Conclusion de l’éditorialiste des Echos : aucun des griefs formulés à l’encontre des autorités (manque d’anticipation, défaut d’organisation, insuffisance d’information) ne résiste totalement à l’examen des faits. C’est le Ciel qu’il faut incriminer !
Nul besoin d’avoir lu Nietzche pour comprendre que du chaos doit renaître un ordre social dans lequel chacun n’attend pas tout de l’Etat…

Sur ce sujet, Le Monde répond aussi à quelques questions…

« La neige et le droit : les réponses à vos questions ».
Peut-on être sanctionné pour ne pas venir au travail du fait de la neige ? (en cas de force majeure !) Peut-on recourir au télétravail ? (si l’équipement informatique est prévu)…
Il y a le droit… et les devoirs ! Enlever la neige du trottoir devant chez soi en cas d’arrêté municipal !
Relevons que la galère provoquée par la neige et le froid n’est plus le sujet numéro 1 à la Une des journaux ce matin… même si une toute autre galère nous menace liée au climat…
Marianne nous rappelle qu’un cataclysme climatique menace. Pourtant, malgré l’alerte donnée par les scientifiques, personne ne semble prendre la mesure des dangers qui s’annoncent.
Un déni, une cécité, un refoulement du négatif, et pourtant un péril social et environnemental majeur, un chaos… Ceux qui voient dans l’épisode neigeux et glacé de ces jours un motif pour se rassurer se trompent évidemment…

Donc, également à la Une ce matin, la politique !

Le rappel à l’ordre d’Emmanuel Macron par la Cour des comptes (Le Figaro) : l’institution souligne que le gouvernement n’a pas engagé les économies nécessaires à la réduction du déficit dans les années à venir, préférant faire un pari risqué sur la croissance…
Tout reste à faire, souligne Le Figaro.
Plus positif pour le Chef de l’Etat et l’Europe : le compromis allemand, certes douloureux pour Angela Merkel, qui donne de bonnes raisons d’espérer une relance du moteur franco-allemand, soulignent Les Echos et L’Opinion.
Mais la politique, c’est aussi la guerre pour obtenir la tête du Parti socialiste…

A ce sujet, vous avez trouvé la litote du jour…

C’est le député PS Boris Vallaud qui s’exprime dans Le Figaro : « Il y a une incertitude sur notre capacité à nous entendre »…
On acquiert la certitude de l’incapacité des socialistes à s’entendre en lisant dans L’Express et Le Point les articles consacrés au PS.
L’Express : crimes et chuchotements. A l’approche de leur congrès, les 7 et 8 avril, les socialistes se dispersent façon puzzle. Et flinguent à tout va sur fond de rivalité entre Stéphane Le Foll et Olivier Faure…
Le Point parle aussi de crime, mais la salve est là tirée par Franz-Olivier Giesbert.
Edito déconseillé à Benoît Hamon, auteur du crime de la rue de Solférino.
La rue de Solférino ! Selon les mauvaises langues, le siège provoque auprès des acheteurs potentiels le même engouement que s’il s’agissait des maisons de Landru ou du Docteur Petiot…
Quel crime a donc été commis rue de Solférino ? « Un crime contre l’intelligence », répond FOG : l’an dernier, les socialistes se sont suicidés en sacrant Benoît Hamon candidat à la présidentielle avec le résultat lamentable que l’on sait…
« Pour reprendre à l’envers la célèbre formule de Jacques Chirac à propos d’Alain Juppé, c’était le pire d’entre eux ». Et Franz-Olivier Giesbert, plus que remonté, hargneux… d’ajuster son tir contre Benoît Hamon: frondeur, c’est-à-dire la fausseté personnifiée, un mélange de cynisme éhonté, de bonne conscience et d’escroquerie intellectuelle, un apparatchik de poche…

Ce n’est donc pas Benoît Hamon qui est sur la couverture du Point cette semaine…

Non, c’est Laurent Wauquiez, qui lui n’aura aucune raison d’en vouloir à l’hebdomadaire…
« Porté par sa victoires dans les deux législatives partielles, le président des Républicains s’affirme en opposant à Emmanuel Macron »…Laurent Wauquiez est l’homme qui inquiète Macron, écrit Le Point qui rapporte la conviction chez Wauquiez qu’une forme de « cabinet noir » à l’Elysée est dirigé contre lui… « On est sous très haute surveillance ».
Détail : sur la couverture du Point, il y a une touche de couleur… rouge.
La parka !

Gros plan sur le président de LR, mais on n’y échappe pas, il pose en glissant un bras dans sa parka…

Michel Grossiord