La Revue de Presse du jour – 05/01/2017

La revue de presse… Il y aura deux ans samedi, c’était l’attentat contre Charlie Hebdo… Le journal satirique revient sur ce crime terroriste.

D’autres attentats ont eu lieu depuis, mais le 7 janvier 2015, c’est un crime politique qui a été commis, souligne Riss, le directeur de Charlie Hebdo… Ce jour-là, les victimes furent tuées en raison de leurs opinions politiques, de leurs écrits politiques, de leurs dessins politiques
Et Charlie Hebdo profite de ce triste numéro anniversaire pour régler des comptes avec, je cite, « cette gauche qui s’est toujours couchée devant les despotes »…
Un parallèle est dressé entre une certaine intelligentsia qui autrefois a nié voire défendu les crimes atroces en Union soviétique, à Cuba, dans la Chine maoiste ou encore dans le Cambodge des Khmers rouges… et dont les héritiers aujourd’hui « poursuivent leurs fantasmes »…
La charge sur 3 pages est signée Fabrice Nicolino… Elle vise certains penseurs et intellectuels (Alain Badiou, Edwy Plenel…) qui ne verraient pas (je cite) « la menace totalitaire de l’islamisme au motif grotesque que l’islam est la religion des pauvres ».
« Ils ont mis la main sur les musulmans après avoir jeté la classe ouvrière aux oubliettes », lit-on encore cette semaine dans Charlie Hebdo… qui donne aussi la parole au politologue Gilles Kepel, pour qui « le concept d’islamophobie joue un rôle essentiel dans le djihad ».

Charlie Hebdo se veut le chantre de la laïcité… un sujet qui vaut de sérieux reproches à Vincent Peillon…

Charabia historique, compotée verbeuse… dénonce Hervé Chabaud dans L’Union au sujet du raccourci « aberrant et désolant » comparant la situation des musulmans de France à celle des Juifs portant l’étoile jaune sous Vichy…
Vincent Peillon, qui a précisé sa pensée depuis sa sortie polémique l’autre soir sur France2 s’est corrigé.
Vincent Peillon se lance sans slogan dans cette primaire… L’Opinion lui en trouve un ! L’Opinion monte au créneau contre « la brutalité fiscale au programme » de tous les candidats à la primaire de gauche, avec un nouveau choc (fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu) pour les classes moyennes et supérieures…
Même si L’Opinion note que Vincent Peillon tient la ligne la plus rigoureuse en matière de réduction du déficit, le dessin de Kak à la Une montre Benoît Hamon, Arnaud Montebourg et Vincent Peillon à qui l’on fait dire : Moi en plus, j’ai le slogan : « Avec Vincent, payons ! »
Autre apparition de Vincent Peillon, dans le portrait de dernière page de Libération consacré à Mazarine Pingeot, qui publie son 12ème livre… La fille de François Mitterrand aurait préféré que François Hollande n’abdique pas… A défaut, elle devrait se reporter sur Vincent Peillon…
« A défaut », est-il écrit… Mais aussi : « A la recherche d’un point d’équilibre »…

Charlie Hebdo dénonce l’abandon de la classe ouvrière par la gauche… Justement, une enquête tente de comprendre où va sa préférence…

Oui, Charlie Hebdo mais aussi Jacques Julliard dans Marianne dénonce l’abandon de la classe ouvrière par le gauche (pour Jacques Julliard, ça passe cette semaine par une prise de bec mémorable avec Laurent Joffrin de Libération… sous le titre « Au secours, les bobos reviennent »…)
Donc la classe ouvrière ? Pour qui vote t-elle ? « Son cœur balance »… « L’incertitude »… Constat dressé par Le Parisien qui a mené l’enquête sur le terrain… « Mélenchon, Le Pen mais aussi Macron se partagent les intentions de vote des ouvriers », écrit le journal… A Saint Denis, la gauche ne fait plus vraiment rêver les cheminots… A Saint-Quentin, Marine Le Pen apparaît en position de force… A Vénissieux, la tentation Macron…
Au sujet de ce dernier, L’Observateur s’est lancée cette semaine dans une enquête apparemment très difficile : qui est vraiment Emmanuel Macron ?
« Le problème avec lui, écrivent les 3 enquêteurs, c’est que personne, hormis son épouse, ne peut dire à ce jour qui il est »…
La question fuse un peu plus loin : « Macron est-il vrai ? » Il y aurait une multitude de Macron, qui offre des tas de facettes, tantôt complémentaires tantôt contradictoires…
Au final, on reste dans le brouillard… Un homme secret, sous contrôle, bien plus complexe qu’il n’y paraît, qui a toujours cru plus en sa volonté qu’en son destin parce qu’avec le destin, dit-il, « ce n’est pas vous qui décidez »…

La grande question est de savoir qui des candidats de gauche, ou ni de gauche ni de droite pour Emmanuel Macron, arrivera en tête au premier tour de la présidentielle ?…

Jean-Luc Mélenchon y croit… Dans un entretien à paraître dans Le Monde, le candidat de la France insoumise ironise : A quoi bon un candidat du PS ?
…car actuellement le PS est en 3ème position derrière M Macron et moi-même, explique Jean-Luc Mélenchon…
Nous parlions du votre des ouvriers, un mot du vote des fonctionnaires… C’est à lire dans Les Echos : selon le Cevipof, la droite est devenue majoritaire chez les fonctionnaires. Une première.

Enfin, hommage au grand maestro Georges Prêtre…

Le chef d’orchestre est mort à 92 ans… Le plus bel hommage, dans Le Figaro dans la page titrée « La symphonie s’achève ». Extraordinaire parcours international mais Paris resta longtemps un point noir.
Georges Prêtre dirigeait les yeux fermés, pour ne pas avoir à tourner les pages de la partition et donc rester dans son inspiration profonde.