La Revue de Presse du jour – 02/10/2017

La revue de presse… Quand l’opération Sentinelle montre son utilité…

La Provence, qui titre en gros « Le choc » après la mort à coups de couteau de deux jeunes femmes, s’attarde sur le sang-froid des soldats de l’opération Sentinelle.
Et notamment du militaire réserviste de 24 ans qui a abattu l’assaillant…
« La polémique sur le bien-fondé du maintien de l’opération Sentinelle a peut-être été éteinte, au moins provisoirement, de deux balles de fusil d’assaut Famas tirées dimanche à la gare Saint-Charles », écrit le journal de Marseille.
Edito à la Une titré « Résister »…
Le Parisien tient aussi à rendre hommage aux militaires anonymes de la force Sentinelle, ces 7.000 hommes et femmes, souvent jeunes, qui patrouillent sans que l’on y soit toujours suffisamment attentif…
Premiers remparts, souvent premières cibles… Le Parisien appelle aussi les voix qui s’élèvent pour dire que le dispositif est superflu et que l’on vit dans un Etat policier à se faire plus nuancées…

Une voix s’élève ce matin, et elle mérite d’être entendu…

Toujours dans Le Parisien, prise de parole rare du militaire Loïc Liber, rescapé de l’attaque de Mohamed Merah devant la caserne de Montauban le 15 mars 2012.
Rescapé de la fusillade mais resté tétraplégique, réussissant à nouveau à s’exprimer, ce soldat répond aux questions dans sa chambre de l’Institution nationale des Invalides à l’entrée de laquelle il a affiché les paroles de La Marseillaise.
Loïc Liber confie ne pas aller très bien… « Tous mes rêves, tous mes projets dans la vie se sont effondrés ».
Il ne prononce jamais le nom de Mohamed Merah : « Son nom ne m’intéresse pas. C’est un type dégueulasse. Si je me bats tous les jours pour aller mieux, si je ne lâche pas, c’est aussi pour montrer qu’il n’a pas gagné »…
Sur la même page du Parisien, Samuel Sandler (dont le fils et deux petits-fils ont été tués par Merah devant l’école juive Ozar-Hatorah à Toulouse le 19 mars 2012 (4 jours après la fusillade de Montauban)… Il explique aussi qu’il refuse de nommer l’assassin : « Je le prive de nom comme il nous a privés de vie ».

C’est aujourd’hui que s’ouvre à Paris le procès Mérah… sans Mérah abattu par le Raid…

Procès hautement symbolique des complices présumés dont le frère de Mérah..
Samuel Sandler, brisé par le chagrin, est hanté aujourd’hui par la crainte qu’on oublie les victimes, son fils Jonathan, ses petits-fils Arieh et Gabriel, alors qu’il a grandi dans le souvenir de son petit-cousin Jeannot, arrêté au Havre à l’âge de 8 ans puis déporté à Auschwitz en 1942.
Il dit ne pas faire de différence entre les nazis et les islamistes…
Après l’acte de barbarie à Marseille, Le Figaro rappelle que plus de 1.200 radicalisés ont été signalés dans les Bouches du Rhône (ils étaient 900 à l’automne dernier), l’un des départements les plus touchés par ce phénomène…
Dans le même journal, Jacques Julliard observe plus largement que l’islamisme est en constant progrès dans les pays occidentaux… Mais on se garde bien de mesurer régulièrement un phénomène que l’on redoute, ou bien dont on nie l’existence.
« La volonté de ne pas savoir est devenue, dans une partie des élites, la doxa dominante aux pays de Voltaire. Décidément la race des idiots utiles n’est pas morte avec le stalinisme », conclut Jacques Julliard…

Dans Le Figaro donc qui consacre sa Une aux « violences qui creusent le fossé entre Madrid et la Catalogne »….

Plusieurs manchettes sur le sujet… L’Espagne se déchire pour Le Télégramme…
Catalogne, l’épreuve de force, titre Sud Ouest. Le coup de force, lance Libération : urnes confisquées, électeurs matraqués, tirs à balles en caoutchouc… Madrid a durement réprimé le vote sur l’indépendance…
De gros bémols dans une partie de la presse même si l’intervention brutale des forces de l’ordre n’était pas la bonne réponse…
Un vote sur l’indépendance ? Une votation pro-domo, bref un simulacre, corrige La République des Pyrénées…
Les indépendantistes catalans sont les bons, le gouvernement de Madrid est le méchant : c’est plus compliqué que ça… mais l’image médiatique est manichéenne par définition, fait observer La Montagne…
L’Union juge que les catalans bénéficient d’une forme d’indulgence alors que leur motif d’émancipation est basiquement la radinerie d’une région riche… La Croix fustige une logique égocentrique…

Au chapitre économique, une réalité qu’il faut regarder en face : nous sommes des « bras cassés »…

Les Français sont-ils… des bras cassés sur le marché européen du travail ? La forme est interrogative mais pas l’analyse signé Jean-Pierre Robin dans Le Figaro économie…
Le principal frein à l’embauche en France est la rareté de la main d’œuvre compétente…
Jean-Pierre Robin d’écrire : « Ne chipotons pas sur les chiffres pour nier le phénomène : c’est parce qu’ils apparaissent comme des ‘bras cassés’ que les Français sont collectivement si peu prospères. Voilà la source de nos déboires en tout genre, chômage, déficits commerciaux et publics, détresse sociale de l’artisanat ».
A la médiocrité des collégiens s’ajoute le bonnet d’âne des adultes selon le classement de l’OCDE…
Fort médiocre pour un pays qui se prétend 5ème puissance mondiale…
Les Echos, qui s’alarment aussi des freins à la croissance, reviennent sur la question de la formation… avec ce chiffre : 22% des Français entre 16 et 65 ans ont du mal à comprendre un texte simple, selon l’OCDE…
Le Medef a vite retiré son slogan malvenu et insultant, « Si l’école faisait son travail, j’aurais un travail »… Reste la triste réalité, insistent Les Echos et Le Figaro…
Une réalité comme la nécessité du lire-écrire-compter, des 4 opérations, de la méthode syllabique…
Mais pour Le Monde, dont la manchette du week-end disait : « Ecole, la guerre idéologique est relancée par Jean-Michel Blanquer », ce sont des chiffons rouges…
Des « chiffons rouges » pour donner des gages à la frange droitière de la société ».

Michel Grossiord