La Revue de Presse du jour – 02/02/2018

La revue de presse… Un point commun ce matin entre Le Figaro et L’Humanité ce matin dans le choix des mots !

Les deux journaux aiment le mot explosif…

Les projets d’Emmanuel Macron pour la fonction publique (plan de départs volontaires, rémunération au mérite, remise en cause du statut de fonctionnaire…) : explosif, dit le journal communiste quand Le Figaro évoque rien moins que le lâchage d’un tapis de bombes…

Evidemment, L’Huma s’alarme d’une formidable marche en arrière quand Le Figaro semble ne pas en croire ses oreilles (quel big bang ! quel tabou brisé !)

Big bang. Explosif : Les Echos le disent aussi.

La grande interrogation : quelle sera l’ampleur de la mobilisation syndicale ?

Pour moins que ça, d’autres comme Alain Juppé, ont rempli les rues, observe La Montagne…

Pour Sud-Ouest, qui approuve la réforme, c’est le point dur ! L’épreuve majeure qui permettra de jauger la volonté réformatrice d’Emmanuel Macron…

Un an de concertation est annoncé.

En matière de mobilisation, même si la corde sociale se tend, l’échec hier de celle des lycéens et étudiants, faiblement mobilisés, est soulignée par tous les journaux…

La Voix du Nord écrit : Le pouvoir évite l’épreuve de la rue… « Encore raté pour Jean-Luc Mélenchon : ses insoumis avaient pourtant payé de leur personne ces derniers mois pour tenter de mobiliser dans les établissements scolaires et les campus »…

Assez révélateur, le traitement journalistique de deux sujets « explosifs » mais bien distincts pour les lycées…

Ouvrons Libération.

Le 1er sujet (la journée d’action contre les réformes du bac et de l’entrée à l’université) n’a droit qu’à un petit quart de page pour dire que la manifestation n’a pas fait le plein…

Le 2ème sujet trône lui sur toute la Une de Libération (3 pages suivent), il est question d’« une affaire qui secoue les bahuts de France depuis plus de deux semaines »…

L’oral du bac ? La sélection à la fac ?

Non : les scabreuses interrogations sur la star de la télé-réalité Jérémstar et son ami surnommé Babybel, star des réseaux sociaux, accusé de viol et de corruption de mineurs…

Babybel, Pascal Cardonna dans la vraie vie, mis en cause par plusieurs garçons, cadre à France Bleu, nie en bloc dans une interview à Libération.

Le journal précise : C’est une histoire que les plus de 20 ans finiront bien par connaître…

Les Revenants (du djihad). Il est en régulièrement question mais ce matin, l’inquiétude se porte sur les islamistes déjà condamnés qui vont sortir des prisons françaises…

« Libérer des détenus terroristes, un défi pour les autorités ».

Sous ce titre, La Croix nous apprend qu’une soixantaine de condamnés pour terrorisme devraient sortir de prison d’ici à 2020…

Des libérations redoutées. D’où la nécessité de garder la trace de ces individus à leur sortie.

« Leur libération, c’est notre préoccupation majeure, explique un agent du renseignement. Les surveiller à leur sortie constitue pour nous un défi logistique inédit. La surveillance d’un individu 24 heures sur 24 mobilise un peu plus d’une vingtaine d’agents… Or nos effectifs peinent déjà à suivre tous les fichés S pour qui ce serait nécessaire, alors les sortants de prison… »

Pour les profils les plus dangereux, l’assignation à résidence reste d’actualité… Mais en revenant dans leur quartier, ils seront auréolés du statut de combattant, notamment ceux passés en Irak ou en Syrie : on peut craindre qu’ils participent à l’embrigadement des plus jeunes…

Les violents affrontements entre Migrants à Calais, et puis la visite nocturne de Gérard Collomb, ne font pas encore les gros titres…

Sauf celui de Nord Littoral, qui annonce la venue en urgence du ministre de l’Intérieur…

Gérard Collomb a dénoncé un degré de violence exceptionnellement grave, ajoutant : « Ce que vivent les habitants de Calais est insupportable ».

C’est ce qu’écrit dans Le Figaro la maire de Calais, que l’on a beaucoup entendu depuis hier soir… Sauf qu’elle a pris la plume avant les bagarres entre migrants afghans et érythréens pour riposter à … Yann Moix !

Longue tribune dans laquelle Natacha Bouchart s’en prend au chroniqueur d’On n’est pas couché : « Yann Moix, la réalité d’un territoire et ses souffrances ne peuvent être travestis pour assouvir votre soif de célébrité et votre appât du gain ».

« A votre égard, Yann Moix, je ne me permettrais pas de parler de ‘honte de la République’, mais j’affirme que vous êtes la honte du service public audiovisuel »…

Yann Moix ne répond pas encore à la maire de Calais, mais dans Marianne, il persiste et signe, et interpelle le préfet : « Monsieur le Préfet, jugez-moi ! »

Restons avec le service public de l’audiovisuel, avec là un jugement sans appel…

Le Figaro Magazine : Trop coûteuse, trop commerciale, trop politisée… Faut-il en finir avec la télé publique ?

Enquête à charge dans les coursives d’un paquebot à la dérive, selon Le Fig Mag qui a puni un de ses chroniqueurs, obligé de passer une journée entière devant les pires programmes du service public. Stéphane Hoffman écrit : « Regarder durablement France Télévisions est une expérience qui peut rendre durablement idiot. On ne s’y intéresse pas beaucoup à l’intellect. »

Ce n’est plus du désamour, c’est de la haine…

Un peu d’amour pour conclure…

Vite Le Parisien week-end avec ce sujet de couverture :

Couscous, pourquoi tant d’amour ?

Certains voudraient le voir classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le Parisien week-end le voit comme un symbole d’intégration et de partage dont certains pourraient prendre de la graine.

Michel Grossiord