La Revue de Presse du jour – 02/01/2018

La revue de presse… Attention au strabisme en lisant la presse de ce 2 janvier !

Vous saisissez bien mon regard, Renaud ?
Et pourtant, un œil devant, un œil derrière…
Je m’explique : les journaux nous placent sur la rampe de lancement de 2018 (accumulation de dossiers, de questions encore insolubles sur ce qui nous attend cette année…) mais les journaux nous invitent aussi à regarder derrière nous…
Péché mignon des Français : nous adorons regarder dans le rétroviseur, observe L’Opinion…
Nous avons la flamme des commémorations, confirme La Croix qui fait de cette passion française son sujet principal… « Ce besoin de se souvenir »

Rapide passage en revue des anniversaires qui seront célébrés en 2018…

Le centenaire de l’armistice de 1918. L’occasion de célébrer la paix…
Les soixante ans de la Vème République.
Le cinquantenaire de mai 68… Au sujet de ce dernier anniversaire, Daniel Cohn-Bendit confie à La Croix que l’Elysée réfléchit plutôt à célébrer le rôle de l’utopie dans l’histoire…
J’ouvre une parenthèse car si 2018 nous permettra de voyager dans le passé à travers de nombreuses commémorations officielles, le cinéma ne sera pas en reste…
Et c’est un personnage historique qui va faire sensation sur les écrans demain : le Vieux Lion…

Winston Churchill !

Churchill, interprété par Gary Oldman dans « Les Heures sombres », film qui veut démontrer que la guerre contre les nazis a été gagnée par la puissance du verbe. L’art oratoire, explique Le Figaro, serait plus fort que l’art de la guerre… Ou, plus justement, l’un ne serait rien sans l’autre.
Gary Oldman, méconnaissable, cabotine comme il faut… On lit le portrait du comédien dans Libération : il lui a fallu 3 heures 30 de maquillage par jour, incluant la pose d’une perruque constituée en partie de cheveux de bébés…
Gary Oldman s’est adjoint pour le rôle les services d’un chanteur d’opéra comme coach vocal pour capturer le timbre de Churchill… « C’était compliqué de trouver cette voix de lendemain de beuverie, mais c’est comme un muscle, ça se travaille », dit l’acteur anglais.
Le rôle de l’éloquence -avec sa dimension grandiloquente-, dans la politique et personnalité de Churchill est analysée dans Le Figaro par l’historien François Kersaudy : certaines de ses phrases les plus célèbres ne sont pas de lui !
« Je n’ai rien d’autre à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur », est emprunté à Garibaldi qui s’adressait ainsi à ses Chemises rouges 80 ans plus tôt…
Autre emprunt dans son discours du 4 juin aux Communes : « Nous nous battrons sur les plages, dans les champs, dans les rues, etc… »  Emprunt à… Clémenceau : « Nous nous battrons sur la Loire, nous nous battrons sur la Garonne, dans les Pyrénées, etc…
Voilà qui nous ramène donc à Georges Clémenceau, le père la Victoire de la Première guerre mondiale qui apparaissait hier à la Une de Sud -Ouest sous le titre « Ils vont faire 2018 »…

« Ils vont faire 2018 », titre repris par La Provence…

Le journal de Marseille met à la Une des provençaux à suivre cette année, quand Sud-Ouest mêlait Clémenceau, Vladimir Poutine, Sophie Marceau, Charles Aznavour (en vedette aussi dans La Provence)…
Les Iraniens vont-ils « faire 2018 » ? Il émettent un « cri persan », se félicite Libération : 4 jours de manifestations, mais déjà une vingtaine de morts..
Vent de révolte sur la République islamique.
La prudence s’impose, même si Libération relève que l’histoire est pleine de ces révolutions nées dans un simple mouvement de ras le bol contre le prix du pain ou du riz. « Tout est possible ».
Mais au passage, Donald Trump est égratigné pour, je cite Alexandra Schwartzbrod, « s’être empressé de souffler sur les braises en encourageant les manifestants. »
Un encouragement américain au changement peut certes être contre-productif à Téhéran, mais Trump est à ce jour l’un des rares dirigeants occidentaux à avoir exprimé son soutien à ce qui se passe dans la rue en Iran…

2018 dans le viseur de la presse, ce sont surtout les réformes Macron qui sont évoquées…

Encouragements des Echos, « oser encore », lance Nicolas Barré… Le journal énumère les dossiers au menu des premiers mois (réformes de l’apprentissage, de la formation professionnelle, de l’indemnisation chômage, réforme de l’Etat, réforme constitutionnelle… »
Le Parisien présente les mêmes « dossiers chauds »… chantiers à risque…
Mais Emmanuel Macron parviendra-t-il à surmonter les risques, comme il l’a fait jusqu’à présent (Nicolas Barré note que les sceptiques voyaient déjà ses premières réformes sociales se fracasser au contact de la rue… Un million de personnes allaient défiler sur les Champs Elysées…)
L’ensemble des éditorialistes soulignent que le président de la République (en position de force, L’Opinion lui attribue un état de grâce hivernal) a bien montré lors de ses vœux qu’il n’entend pas ralentir le rythme…

Donc l’article signalé à la Une de La Provence ne lui semble pas destiné : « Comment tenir ses bonnes résolutions »…
Dans l’euphorie du réveillon et des bulles alcoolisées, vous avez pris quelques bonnes résolutions…
Vous, moi, vous Renaud…
Nous avons pris notre famille, nos amis à témoin (comme Macron la France entière)…
Nous ne pouvons plus reculer…
Refaire du sport. Mieux manger…
La Provence nous donne quelques astuces qui pourraient nous aider à tenir… au moins quelques jours.
La clé, c’est se donner des objectifs réalisables, ne pas viser trop gros tout de suite, sinon on n’y arrive pas, on se décourage…
Reprenez avec moi : Cette année, c’est décidé…