René Jacobs poursuit son exploration de l’opéra romantique allemand

A l’occasion de sa riche actualité discographique chez Harmonia Mundi, placée sous le signe de Weber et de Bach, René Jacobs sera, ce lundi 6 juin à 20h, l’invité du Journal du Classique.

René Jacobs publie un formidable enregistrement de la Messe en si de Bach

Après Leonore de Beethoven, René Jacobs poursuit son exploration de l’opéra romantique allemand et nous livre sa lecture au disque du Freischütz de Weber avec le Freiburger Barockorchester. Une lecture aussi pertinente et passionnante que l’était celle de l’opéra de Beethoven, apportant un nouvel éclairage sur l’œuvre grâce à l’ajout de scènes supplémentaires et notamment d’un prologue mettant en avant le personnage de l’ermite. « Il est à peine possible de comprendre la conclusion de l’opéra sans ces scènes initiales » écrit le chef d’orchestre, rappelant que le compositeur lui-même avait regretté la coupe du prologue et considérait que son opéra était semblable à « une statue à laquelle il manque une tête ».

A lire aussi

 

L’actualité discographique de René Jacobs est également marquée par la publication de son nouvel et formidable enregistrement de la Messe en si de Bach, presque trente ans après sa première version, toujours avec le RIAS Kammerchor et l’Akademie für Alte Musik Berlin. Il se confiera ce soir sur sa nouvelle vision de cette œuvre qui constitue l’un des sommets du répertoire sacré. Et cela, alors qu’il s’apprête à diriger Israël en Egypte de Haendel en tournée avec le Freiburger Barockorchester. Une étape est prévue le 16 juin à la Philharmonie de Paris.

Laure Mézan

Retrouvez le Journal du Classique

Retrouvez l’actualité du Classique