Renaud Capuçon, star toujours

  renaudcapucon-small-2.jpg

La compétition, l’ambition, la médiatisation font partie de la vie des musiciens classiques qui ont la chance de réussir leur carrière. Même si certains s’en défendent, la pression et le système leur imposent de se battre, de vaincre leurs rivaux réels ou supposés, mais de soigneusement le cacher, au risque de développer une double nature et de parler un double langage. En France, pays de Cyrano et de Poulidor, il n’est pas très bien vu d’afficher ses succès. Les jalousies et les frustrations sont si vives autour de soi. Le jeu consiste donc à garder toujours le haut de l’affiche en remerciant le ciel de vous y avoir placé. Rester humble est le meilleur moyen de se construire une stature durable. Cela n’empêche pas de garder au fond de soi la pureté de son idéal sans lequel aucun parcours d’artiste de haut niveau n’est possible. De chérir des modèles de grands sages de la musique aujourd’hui disparus. Et de s’offusquer que d’autres osent convoiter une place qu’on a mis tant de temps à conquérir alors qu’on ne demande qu’à les accueillir généreusement juste en-dessous de soi. Ce sont des choses humaines. Rien de grave dans tout cela, du moment que la musique en sort toujours gagnante…
Simple rebond à partir d’un des propos de Renaud Capuçon sur les musiciens qui disent une chose et en font un autre, au cours d’une émission riche, amicale et passionnante.
Voici son programme :
3 madeleines
mozart raconte aux enfants par gerard philippe
r strauss, debut du duo concertino pour clarinette et basson
le grand echiquier de Jacques Chancel
Melodie d’amour
La boheme, mi chiamano mimi
Musique classique
beethoven sonate 7 par ferras barbizet
brahms requiem allemand giulini (debut)
faure quatuor avec piano 1 final hubeau etc
bruch romance alto gerard causse/ nagano erato
beethoven cello sonate 3 en la majeur yoyo ma/ emanuel ax
beethoven sonate 9 capucon / braley
beethoven quatuor razumovsky n° 1 mvt lent brandis quartet