Réforme des retraites : « Le président a simplement rappelé ce qu’était la ligne politique du gouvernement » déclare Marc Fesneau

Marc Fesneau était l’invité de Renaud Blanc ce vendredi 8 novembre 2019 à 8h15. Le ministre auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement, est revenu sur la réforme des retraites. Après une déclaration de Jean-Paul Delevoye qui écarte la « clause du grand père » dans une interview, Marc Fesneau assure que le Haut commissaire aux retraites n’a exprimé qu’une « préférence personnelle »

 

Réforme des retraites : Marc Fesneau déplore la « grève préventive » du 5 décembre

« Le président de la République a simplement rappelé ce qu’était la ligne » déclare Marc Fesneau. Il poursuit : « Je ne pense pas qu’on puisse parler de couac »  à propos des déclarations du Haut commissaire aux retraites. Il explique qu’en s’opposant à la clause du grand-père qui consisterait à appliquer la réforme qu’aux futurs entrants dans le marché du travail, Jean-Pierre Delevoye avait exprimé une « préférence personnelle ».  Marc Fesneau assure qu’il faut « laisser le temps du dialogue »  tout en discutant des conditions de mise en oeuvre de la réforme avec les partenaires sociaux : « La convergence des 42 régimes est un exercice délicat. »  En perspective de la mobilisation du 5 décembre, il déplore la « grève préventive » : « Si la simple idée de réforme provoque la grève, moi je trouve qu’il y a quelque chose d’assez regrettable. (…) Une grève se justifie quand on est dans une situation d’impasse et je ne vois pas une telle situation avec les syndicats dans ce que le gouvernement met sur la table » 

 

Règle des 3% de déficit : « Une politique économique ne peut se résumer à la rigueur budgétaire » 

« On ne résume pas une politique économique à une politique budgétaire » déclare Marc Fesneau. La règle des 3% de déficit qu’Emmanuel Macron qualifie d’un « autre siècle » dans The Economist doit aussi se faire « au service d’une politique d’investissement ambitieuse ». Marc Fesneau précise qu’une « politique économique qui se tiendrait simplement à une politique de rigueur ne suffirait pas ». 

 

Immigration : réguler et mieux intégrer

« Il n’y a pas de tabou à dire qu’on peut réguler de manière quantitative l’immigration professionnelle » estime Marc Fesneau. Il précise que la réforme de l’immigration vise à créer des outils pour  régler les tensions qui pèsent sur certains secteurs économiques  et à favoriser l’intégration. Il explique que le gouvernement agit avec pragmatisme en cherchant à améliorer les conditions d’accueil et de migration.