Réforme des retraites : « Le débat est mal parti » juge Laurent Berger.

Laurent Berger, Secrétaire général de la CFDT, était l’invité de Guillaume Durand ce mercredi 13 novembre 2019, à 8h15. A propos de la réforme des retraites, il dénonce un système « profondément injuste » et conteste l’idée d’une réforme financière, paramétrique.

 

Retraite : Laurent Berger constate « un mécontentement généralisé car on ne sait pas où on va »

« Si Emmanuel Macron court les 2 lièvres de la réforme financière, budgétaire et de la réforme de justice, de sens et d’universalité : il se plante » prévient Laurent Berger. Le Secrétaire général de la CFDT assure que « le système actuel des retraites n’est pas juste » . Il pointe notamment la situation des femmes qui ont  « 30% de retraite en moins ». Laurent Berger souhaite en conséquence une réforme qui remette de la « justice » et de la « solidarité. » au coeur du système de financement. Il comprend par ailleurs l’inquiétude de certaines professions qui voient leurs droits menacés. Le représentant syndical estime que le « débat est mal parti » et appelle l’exécutif à faire un choix « clair » entre une « réforme paramétrique » et une « réforme de justice ».  Laurent Berger constate un « mécontentement généralisé car on ne sait pas où on va ».  Il soulève donc la question du « modèle de développement et de société » à adopter pour faire face aux défis contemporains : « la question démographique, la transition numérique, la régulation de la mondialisation… »

 

Réforme assurance-chômage : « il y a aura beaucoup de casse et de mécontentement » 

« 6 milliards euros d’économies se font sur le seul dos des demandeurs d’emploi et vous verrez qu’au mois d’avril il y aura beaucoup de casse et de mécontentement » met en garde Laurent Berger. Il estime que la baisse du chômage ne constitue pas une justification pour « taper sur les demandeurs d’emplois ». Il ajoute que la précarité « continue d’être extrêmement forte ». Laurent Berger explique que cette réforme touchera  en priorité des femmes et des travailleurs précaires, qui alternent entre des phases d’activité et de chômage, et qui seront les plus « durement impactés ». En réaction à la tentative de suicide de l’étudiant de Lyon, Laurent Berger indique que « cet acte terrible et désespèré (…)  illustre la précarité étudiante »

 

Arthur Barbaresi 

Plus d’articles de l’invité politique de Guillaume Durand