Raphaël Pichon dirige Hippolyte et Aricie de Rameau : « une musique incandescente »

Raphaël Pichon, chef de l’ensemble Pygmalion, est l’invité du Journal du Classique ce lundi 9 novembre, à l’occasion de la production d’ « Hippolyte et Aricie » de Rameau à l’Opéra-Comique et de son nouvel album dédié aux motets de Bach chez Harmonia Mundi.

 

Arte Concert diffusera Hippolyte et Aricie le samedi 14 novembre à 20h

Raphaël Pichon, les musiciens de Pygmalion et les chanteurs engagés dans la nouvelle production d’«Hippolyte et Aricie » répétaient depuis des semaines à l’Opéra-Comique lorsque l’annonce du confinement les a pris de court. De Rameau, ils sont passés de la désolation au soulagement. Car, faute d’être montée en public, cette production fera l’objet d’une captation filmée, diffusée samedi 14 novembre à 20 heures sur Arte Concert.

A lire aussi

 

Les répétitions se poursuivent donc, mais au prix de strictes précautions sanitaires (des doublures pour chaque chanteur comme pour le chef, un orchestre hors de la fosse pour respecter une plus grande distanciation, des répétitions avec masques, des tests réguliers…).

 

Raphaël Pichon vient de publier des motets de Bach

« C’est un peu du funambulisme, nous sommes sur des lignes de crête » nous a confié Raphaël Pichon qui mesure cependant la chance qui lui est offerte de mener, jusqu’au bout, ce projet. D’autant que donner « Hippolyte et Aricie » en version scénique faisait partie de ses plus grands rêves : « C’est une musique incandescente, fantastique à diriger ! ». Cette production, mise en scène par Jeanne Candel, réunit un plateau de chanteurs exceptionnels : Reinoud van Mechelen, Elsa Benoît, Sylvie Brunet-Grupposo ou encore Stéphane Degout.

A lire aussi

 

Raphaël Pichon vient, également, de nous livrer au disque sa lecture, saisissante d’émotion, des motets de Jean-Sébastien Bach chez Harmonia Mundi. Des pages avec lesquelles le chef de l’ensemble Pygmalion entretient une relation très affective depuis sa plus tendre enfance : « ces motets de Bach comptent parmi les déclencheurs de ma vocation de musicien professionnel».

Laure Mézan

Réécoutez l’intégralité du Journal du Classique en cliquant ici

 

Retrouvez l’actualité du Classique