Quand politique rime avec musique

1. Alain Duhamel est un très grand professionnel de la presse : télé, radio, écrit… Il a fêté ses quarante ans de journalisme. Je devrais être impressionné, mais ce n’est pas le cas. Dans cette émission, c’est toujours l’homme qui est intéressant, pas ses titres de gloire ou ses conquêtes. Alain Duhamel s’est montré tel qu’il est, humain, et c’est toujours plus captivant pour l’auditeur.

 En écoutant, il ne pouvait pas s’empêcher de regarder les écrans de télévision bloqués (sans le son) sur les chaînes info dans le studio. Le journaliste chez lui ne s’arrête jamais ! Mais il écoutait quand même, avec une grande attention. Sa femme est musicienne. Un point commun avec son confrère Eric Zémour, qui vit avec une violoniste.

J’ai hâte de lire ce que vous aurez pensé de l’émission les uns et les autres. En attendant, voici son programme :

Prélude en ut dièse mineur de Rachmaninov (Horowitz – 1946 !!!)

Madeleines

Strauss : Zarasoustra (début)

Concerto n° 1 de Racma (thème d’Apostrophe)

Dove Sono (Schwarzkopf)

Programme

Quintette avec clarinette de Brahms (Leister/Amadeus) 1er mvt

Vissi d’Arte : Callas / Sabata

Cantique de Jean Racine par Higgin Bottom

Chopin : Polonaise n° 1 op. 26 (Rubinstein)

Villa Lobos : Bachiana Brasilieras n° 1 (8 violoncelles)

Impromptu en sol bémol de Schubert (Lupu)