Quand la musique classique s’invite dans les jeux vidéo

Musique classique et jeux vidéo, deux univers qui semblent opposés et pourtant…

Les bandes son en 8 bits des débuts sont bien loin. Désormais, les plus grandes mélodies classiques habillent plus d’une centaine de jeux vidéo. Mais pourquoi un tel engouement ? La révolution du CD-ROM dans les années 90 a permis la démultiplication de l’espace de stockage et ainsi l’insertion de bandes son plus complexes. C’est pourquoi, les producteurs de jeux ont naturellement adopté la musique classique pour ses vertus. En plus de pouvoir augmenter la concentration des joueurs, elle rythme l’histoire, par exemple « Dies Irae » du Requiem de Verdi habille une scène de combat dans « Harry Potter : coupe du monde de quidditch ». La musique devient alors malléable : elle évolue avec l’avancée des joueurs dans l’histoire, une manière de capter toute leur attention et de créer une véritable interactivité.

Aujourd’hui, l’essor de la musique dans les jeux vidéo ainsi que l’amélioration des technologies sont tels que des compositions pour orchestre symphonique toujours plus complexes sont écrites spécialement pour ce média devenu incontournable. On pense, par exemple, à l’incontournable Hanz Zimmer qui a signé la bande son de « Call of Duty : Modern Warfare 2 » ou au compositeur français Olivier Derivière à l’origine de celle de « Assassin’s Creed IV Black Flag ». Les producteurs n’hésitent plus à faire appel aux plus grands orchestres du monde. L’orchestre philharmonique d’Hollywood a enregistré la bande son de « Medal of Honor : Rising Sun ».

A l’image des musiques de films, les musiques des jeux vidéo commencent à s’émanciper de leur média initial. Œuvres à part entière, elles sont jouées en concerts qui affichent complets. Des orchestres spécialisés en musique de jeux vidéo voient le jour comme « Pixelophonia » pour Paris. Ces musiques sont même reprises par nos politiques. En 2012, Eva Joly emprunte un morceau du jeu « Final Fantasy » de Nobuo Uematsu pour sa vidéo de campagne. Dans le sillage de cette nouvelle tendance, le conservatoire Mozart dans le centre de Paris a ouvert un cursus dédié à la composition de musiques de jeux vidéo. Une preuve de toute la richesse de ce nouveau répertoire.

Peut-être une manière originale de démocratiser un peu plus la musique orchestrale… ?

 

 

Marine Woimbée