Quand c’est beau, c’est Labro

bellamy-et-labro.jpg
Quel beau programme nous a apporté Philippe Labro ! Par rapport à sa première venue dans (feue) « Musique de Stars » la liste des oeuvres qu’il a voulu partager avec les auditeurs de Radio Classique était peut-être plus personnelle. C’était l’émission d’un habitué qui, en toute simplicité, vient parler de ses derniers coups de coeurs : Brendel, qui a fait ses adieux au théâtre du Châtelet, Claudio Abbado, entendu à Lucerne, Renaud Capuçon, avec qui il entretient une relation amicale et professionnelle…

J’aime beaucoup Philippe Labro. C’est un égocentrique qui pense constamment aux autres, un créatif aux multiples facettes, un passionné. Il peut parfois donner l’apparence d’un personnage mondain, mais ce n’est absolument pas sa nature profonde, qui est celle d’un travailleur acharné, à l’écoute de son temps et de ses contemporains.

J’espère que les auditeurs ont senti cette facette de sa personnalité. Et puis un homme qui aime autant sa femme (Françoise Labro, avec qui il va souvent au concert et dont je lui ai fait parler à l’antenne) est forcément quelqu’un de bien.

Voici son programme :

Liebertango de Piazzola par Martha Argerich et Eduardo Hubert (DVD « Conversations nocturnes »)

Madeleines

Lettre à Elise de Beethoven

Sonate op. 110 – 1er mvt de Beethoven par Kempff

Bruckner : Sy n° 4 par Abbado (Lucerne de préférence)

Haydn : La création – 3e partie, plage 14, duo Adam et Eve avec chœurs

Schubert : Sonate D 960 – 2e mvt

Rhapsodie pour alto de Brahms – 7’ après le début – Christa Ludwig/Klemperer

Capuçon et Ducros « Capriccio » plage 1 Mendelssohn op. 34 n° 2

Capulet et Montaigu de Bellini, duo Roméo et Juliette à la fin du 1er acte

Julien Clerc « Apprendre à lire »