« Le projet du Front national correspond aux aspirations des électeurs de droite » Nicolas Bay

Ce matin à 8 h 15 sur Radio Classique

Nicolas Bay, secrétaire général du Front National

Invité de Guillaume Durand

« Le projet du Front national correspond aux aspirations des électeurs de droite »

Extraits

A propos de la droite et du Front national

« Laurent Wauquiez nous refait du Sarkozy, les qualités de comédien en moins. Nous, on tend la main notamment aux électeurs de droite, largement déboussolés. »
(…)
« Les électeurs de droite, s’ils restent dans leur famille politique, vont à nouveau être trahis. Nous avons un projet qui correspond à leurs aspirations. »
(…)
« Chacun a sa place au Front national. Il ne s’agit pas de supprimer qui que ce soit. »
(…)
« L’enjeu de l’identité et de la sécurité est aujourd’hui fondamental. Il s’agit de recouvrer d’abord notre souveraineté territoriale, ensuite la souveraineté économique. La question monétaire vient au second plan. »
(…)
« [La question de l’euro] n’est pas la priorité du moment. Nous devons retrouver une monnaie qui soit un outil au service de l’économie. »
(…)
« On a voulu réduire le projet économique du Front national à la question monétaire. »

A propos de Marine Le Pen et du travail d’opposition

« Elle est naturellement (…) en position d’être le chef naturel de l’opposition et c’est évidemment ce rôle-là qu’elle va jouer. »
(…)
« Marine Le Pen porte un projet cohérent, ce qui n’est pas le cas de Jean-Luc Mélenchon. »
(…)
« Mélenchon fait beaucoup d’esbroufe mais n’a pas de projet politique alternatif. »

A propos de la politique d’Emmanuel Macron

« Nous sommes en première ligne contre un gouvernement dont on voit que le projet politique va à l’inverse des intérêts fondamentaux de notre peuple. »
(…)
« Les classes moyennes seront les premières victimes de ce gouvernement. »
(…)
« La méthode et le contenu des ordonnances ne sont pas acceptables. »
(…)
« On assiste à un tête-à-tête entre Emmanuel Macron, qui a perdu en légitimité, et des syndicats dans lesquels très peu de salariés se reconnaissent. »
(…)
« Le gouvernement va fragiliser la position des salariés sans régler aucun des problèmes des entreprises. »
(…)
« Il faut simplifier et protéger. Pour l’instant, on n’a, dans les projets du gouvernement, ni les simplifications ni les protections qui sont attendues. »
(…)
« Les baisses de charges annoncées sont encore très hypothétiques. »

A propos de la rentrée sociale

« On ne va pas commencer à défiler au côté de l’extrême-gauche, très caricaturale, hyper fiscaliste et hyper « immigrationniste », avec laquelle nous n’avons clairement rien à voir. »

A propos de la suppression du RSI

« C’est une mesure que l’on défendait. Reste à savoir par quoi cela sera remplacé. Fera-t-on en sorte que « l’indépendance » des indépendants soit assurée ? »