Pierre Moustiers ou l’amour de la langue

Olivier Bellamy reçoit Pierre Moustiers sur Radio Classique

Il a 86 ans et a écrit une trentaine de livres. Originaire du Var (son accent chantant en témoigne), Pierre Moustiers a commencé par exercer divers métiers avant de se consacrer exclusivement à l’écriture après avoir reçu le grand prix du roman de l’Académie française. L’histoire de France et la littérature sont ses deux grandes passions. Il a été aussi scénariste de plusieurs téléfilms (Eugénie Grandet, etc.) et a écrit un bel ouvrage sur Hervé Bazin.
C’est un vrai bonheur d’écouter Pierre Moustiers qui relie de manière sensible et intelligente la musique avec la poésie. Ce qu’il dit de Paul Valéry, Colette, Giono, Flaubert donne une furieuse envie de se replonger dans ces grands auteurs.
Sa passion pour Jean-Sébastien Bach est également touchante : « Il créait de la beauté sans jamais employer le mot. » Cela nous rappelle Jean-Pierre Marielle qui citait la phrase de Tchekhov : « Les paysans, qui travaillent plus que les autres, n’emploient jamais le mot travail. »
Et cette merveilleuse phrase de Madame de Sévigné dans une lettre à sa fille : « J’ai mal à votre poitrine ». Ou encore cette autre du physicien Albert Einstein : « La plus belle chose que nous puissions éprouver, c’est le côté mystérieux de la vie. »
Avec des mots choisis, précis et colorés, Pierre Moustiers nous comble par sa culture, qui n’est jamais pédante, mais au contraire généreuse et enthousiaste. On passe de Stendhal à Vélasquez, puis de Louis XI à Marlon Brando, avec gourmandise, légèreté et profondeur.
Au bout de ce voyage, il a cet aveu : « Sans la musique, on ne pourrait pas comprendre tout cela. » C’est-à-dire tout ce qui nous remue profondément et qui nous élève.
Voici son programme :

Madeleines
Hymne à la Joie (9e Symphonie de Beethoven, 4e mvt)
Le Petit Cheval Brassens
Barcarolle des Contes d’Hoffmann
Programme
Concerto pour deux violons en ré mineur de Bach – 2e mvt (Igor et David Oïstrkh)
Concerto pour flûte et harpe de Mozart – 2e mvt (Rampal et Laskine)
Concerto pour mandoline de Vivaldi (Largo)
Notturno de Schubert
Mélodies
Dinu Lipatti joue : Jésus que ma joie demeure de Bach
Air de Fiordiligi « Per pieta » du Cosi fan tutte de Mozart
Enterrement
Aria en ré mineur de la Suite n° 3 de Bach