Philippe Jordan et l’Orchestre de l’Opéra National de Paris jouent Schönberg et Strauss

Radio Classique diffuse ce dimanche 8 novembre à 21 heures le concert que l’Orchestre de l’Opéra National de Paris a donné le mois dernier à la Philharmonie de Paris sous la direction de Philippe Jordan.

 

Schönberg disait de « La nuit transfigurée » qu’elle « pouvait être comprise comme de la musique pure« 

Ce concert s’ouvrira par une œuvre de jeunesse d’Arnold Schönberg, dont c’est le quatrième opus, « La Nuit transfigurée » composée à l’âge de 25 ans, en 1899. La musique s’inscrit dans la lignée des grandes œuvres du romantisme germanique, loin des compositions dodécaphoniques de Schönberg. Elle s’inspire d’un poème de l’écrivain allemand Richard Dehmel extrait de « Weib und Welt » qui avait fait scandale à sa publication en 1896. Il s’agit de l’histoire d’un couple dont la femme attend l’enfant d’un autre et que le mari, dans un geste de pardon, va finalement accepter. « Une Nuit transfigurée peut satisfaire un auditeur ne sachant pas ce qu’elle prétend décrire ; elle offre la possibilité d’être comprise comme de la musique pure. » disait Schönberg.

A lire aussi

 

La Symphonie Alpestre de Richard Strauss célèbre la nature et la montagne

L’autre œuvre au programme est Une Symphonie Alpestre de Richard Strauss, dont Schönberg était d’ailleurs un grand admirateur. Evocation d’une journée dans les Alpes bavaroises, elle célèbre la nature et la montagne grâce à des hymnes vibrants. Tout commence par la nuit et le lever du soleil, suivis de l’ascension vers le sommet, symbolisant le dépassement de soi. Une tempête se déclenche alors, avant la descente vers la vallée, tandis que le soleil se couche, marquant le retour de la nuit. Un sens de la narration parfaitement rendu par l’Orchestre de l’Opéra National de Paris dirigé par Philippe Jordan, dans ce concert enregistré le 17 octobre que présentera Laure Mézan.

Jean-Michel Dhuez

 

Retrouvez l’actualité du Classique