Paris Match a retrouvé Nafissatou Diallo, plaignante dans l’Affaire DSK

« L’affaire DSK a gâché ma vie » confie Nafissatou Diallo à Paris Match. Couverture, photo en double page dans l’auditorium géant d’une église new yorkaise, robe sombre, bracelet en or, la femme de chambre du Sofitel qui croisa le candidat à l’ex Directeur général du FMI déclare : « j’ai été privée de justice ».

 

Nafissatou Diallo veut créer une fondation pour les femmes

Nafissatou Diallo  s’apprête à publier un livre et rompt le silence 9 ans après l’affaire. Pourquoi un livre ? parce qu’elle a souffert et veut faire entendre sa vérité. Comment va-t-elle ? Elle souffre encore d’avoir été traitée de prostituée par les procureurs de New York. Le restaurant ouvert après le procès civil ? Elle l’a fermé, trop de curieux dans la clientèle. Ou travaille-t-elle aujourd’hui ? Elle ne le dira pas. Elle est harcelée, suivie, des profiteurs s’imaginent qu’elle a touché le jack-pot. Son projet ? Créer une fondation pour les femmes.

 

A lire aussi

 

« Vous avez peut-être changé le cours de l’histoire française car DSK était favori dans la course à la présidentielle ». C’est sa faute. Quant on se présente à la présidence il ne faut pas attaquer les gens. Et Match de soumettre à Nafissatou Diallo les zones d’ombre de ce qu’elle a dit à la justice à l’époque : ses trois versions de ce qui s’est déroulé dans la suite du Sofitel, la conversation avec l’un de ses ami emprisonnés pour trafic de drogue auquel elle confie au téléphone « ne t’inquiète pas, l’homme a beaucoup d’argent ».

 

Paris Match évoque l’enfance et le parcours de Nafissatou Diallo jusqu’aux Etats-Unis

Puis le magazine en vient à l’enfance guinéenne de Nafissatou Diallo, une enfance insouciante jusqu’à l’excision à l’âge de 7 ans, le mariage forcé à 14 ans à un homme polygamme qui mourra quelques années plus tard, la mort de sa deuxième fille puis son arrivée aux Etats-Unis où elle est réduite à rembourser à une intermédiaire ses droits d’entrée. Nafissatou Diallo avant même d’être la victime que l’on connaît, était une victime.

 

A lire aussi

 

Alors que s’est-il passé réellement dans la suite 2806 du Sofitel s’interroge le patron de Match Hervé Gattegnon ? On ne le saura jamais puisque les poursuites contre DSK ont été abandonnées par la justice américaine. Une décennie avant #Metoo qui peut croire qu’aujourd’hui une telle affaire suivrait le même cours ? La parole qui accuse n’a pas de valeur supérieur à celle qui défend. Celle de Nafissatou Diallo méritait d’être entendue.

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique