PAAVO JÄRVI REJOINT LE MONDE PAS SI LOINTAIN DE DUTILLEUX

Pour qui veut découvrir la musique de Dutilleux, ce disque flamboyant de Paavo Järvi et l'Orchestre de Paris est incontournable.

Quel programme ! Pour son premier disque Dutilleux, Paavo Järvi a réuni trois pièces couvrant l’ensemble de la carrière du maître, du premier chef d’oeuvre pour orchestre (Symphonie n° 1, 1951) à l’ultime pièce instrumentale (Sur le même accord, 2002), avec, au centre ­ au coeur ! ­les fameuses Métaboles (1965). Dans la Première Symphonie, qui est comme " la naissance et le déroulement d’un rêve ", dans les Métaboles, cette oeuvre qui n’est qu’un enchaînement de métamorphoses, ou dans le court nocturne lyrique pour violon et orchestre, centré sur un accord de six notes, Sur le même accord, on retrouve les mêmes qualités de facture et d’invention. Cette rigueur de la composition alliée aux vertiges de l’imagination, si admirables, a fait de Dutilleux un classique immédiat de notre temps. Paavo Järvi, qui a fait de la musique française une priorité de son mandat à l’Orchestre de Paris, donne de ces différentes partitions une lecture très tenue.
À l’opposé des bouillonnants Munch ou Rostropovitch (Erato), plus libres, ses Métaboles sont distanciées et altières, presque stravinskiennes ; la Symphonie n° 1 et Sur le même accord bénéficient des mêmes qualités instrumentales, d’une lisibilité et une homogénéité exemplaires. Acéré et flamboyant, voici l’Orchestre de Dutilleux à son meilleur. Ce disque s’impose donc avec celui d’Esa-Pekka Salonen pour DG, autre " Choc " qui réunissait en 2013 la première mondiale des mélodies Correspondances avec le Concerto " Tout un monde lointain " et The Shadows of time.