Olivier Desbordes du cadre

La première de La Belle de Cadix de Francis Lopez, montée par Olivier Desbordes au théâtre Coemedia, a eu lieu hier et a commencé avec un retard dû à un problème informatique de la billetterie. C’est un spectacle vif, enjoué, sans prétention sur une musique qui ne cherche qu’à séduire et à faire plaisir à l’auditeur. Tous les rôles sont bien distribués, mais l’on retiendra surtout la très belle prestation du ténor Juan Carlos Echeverry, parfait vocalement et scéniquement, avec un charme inouï et un style ad hoc. On regrettera simplement la sonorisation un peu trop forcée et peu naturelle du spectacle.
Dans Passion Classique, Olivier Desbordes s’est montré tel qu’en lui-même, avec honnêteté et intelligence. Son goût du partage et de la générosité honorent son travail.
Voici son programme :

– début du concerto piano N°1 de Tchaîkovski
– Concerto pour orgue cordes et timbales de Poulenc
– Traviata / air de la fin … avec la partie parlée (et tardi !)
– Kurt Weill / Requiem ….en parallèle avec le Requiem de Brahms ….. ( 2
requiem humains et pas religieux !)

– 3 « madeleines »
– Le clocher du village (dans la Belle de Cadix)
– adagio d’albinoni
– mon enfance … de jacques brel !