Moment de grâce avec Adamo

Autant il est facile d’expliquer pourquoi une émission est moins réussie que les autres, autant les moments de grâce échappent à l’analyse. Je serais tenté de dire qu’avec les grands (souvenons-nous d’Aznavour, et aujourd’hui d’Adamo) tout se passe tellement naturellement qu’on a l’impression de retrouver un ami qui ne nous a jamais vraiment quittés. Cela a commencé tout de suite avec cette attention particulière au public que notre « tendre jardinier de l’amour » n’a pas manqué de signaler. Et puis, c’est un fil qui se déroule, sans heurts, sans noeuds, sans passage à vide, tout au long de la rencontre. C’est aussi une question de rythme et d’harmonie : chaque morceau de musique arrive à point nommé et colore d’une manière spéciale les confidences de l’invité. Même s’il s’agit d’un morceau connu, il semble posséder à cet instant précis une harmonie inouïe, comparable à aucune autre, bien qu’il nous soit très familier.
Et puis, Adamo a le talent très particulier de nous toucher avec des mots très simples, en toute sincérité. Son histoire nous est proche, ses parents, on les connaît, la soeur Gabrielle, qui lui a appris à lire, on la voit, on l’imagine.
En nous livrant le fond de son coeur, il nous a permis de comprendre la nature du véritable artiste, celui qui dure contre vents et marées, qui chante ou qui joue comme l’oiseau vole de branche en branche, et qui se régénère à chaque fois que le soleil se lève à nouveau. Demain est un autre jour…
Voici son programme :

– Madeleines
Luis Mariano L’amour est un bouquet de violettes
Amapola – Il était une fois l’Amérique
Edith Piaf La vie en rose

– oeuvres
3ème nocturne de Chopin
Roberto Alagna Tosca E luce van le stelle
Stabat Matter Vivaldi par James Browman et Christopher Hogwood « Quis est homo »
Erick Satie 1ère Gnossiene par Aldo Ciccolini
Canon de Pachelbel

– Trilogie
1ère arabesque de Debussy
La serenade de Toselli par B Gigli ou instrumental
La forza del destino Verdi – ouverture