Michèle Alliot-Marie « Je veux que les impôts et les taxes reviennent vers la moyenne européenne»

Ce matin à 8h15 sur Radio Classique

Michèle Alliot-Marie, députée européenne LTP et candidate à l’élection présidentielle

Invitée de Renaud Blanc

« Je veux que les impôts et les taxes reviennent vers la moyenne européenne»

Extraits :

A propos de l’affaire Pénélope Fillon

« Je n’ai aucun élément sur cette affaire et je ne m’intéresse pas à ces histoires rocambolesques. (…) Je pense que les réponses viendront en leur temps. Aujourd’hui ce qui est important c’est ce qu’on a dire aux Français, les propositions qu’on a à leur faire pour répondre à leurs préoccupations quotidiennes qui sont d’abord des préoccupations d‘emploi ou de sécurité ou de pouvoir d’achat. (…) Moi si je me présente à l’élection présidentielle c’est parce que j’en ai assez de voir la France en train de décliner, j’en ai assez de voir l’image de mon pays atteinte au plan internationale et j’en ai assez de voir des Français qui ont tendance à baisser les bras et à être pessimistes alors même que nous avons en France tous les atouts pour réussir. »

A propos de sa candidature à la présidentielle

« Je ne me présente pas contre quelqu’un, je me présente pour quelque chose (…) Rassurer sur les atouts de la France qui se crée dans le monde de demain. Rassurer aussi en aidant chacun à réussir, en montrant à chacun qu’avec un minimum d’effort il peut aussi réussir. C’est ça mon programme.»

« (…) L’objectif pour moi c’est d’obtenir au moins 800 promesses comme ça je suis sûre d’obtenir très facilement les 500. Je n’ai aucun problème, (…) je ne suis pas venue chez vous pour faire un pathos larmoyant, je suis complétement confiante.

« (…) Les Français ont un problème d’emploi. Qui est-ce qui crée les emplois ? Ce sont les entreprises. Les entreprises françaises sont très compétitives, toutes les études le montrent, mais elles ont des freins, elles ont des contraintes, des contraintes réglementaires, fiscales, sociales, qui sont supérieures à celles de leurs concurrents. Moi ce que je veux, c’est que les entreprises françaises soient mises à égalité de concurrence par rapport aux entreprises européennes en ramenant leurs charges réglementaires, fiscales ou sociales à la moyenne européenne. Je veux d’ailleurs faire exactement la même chose pour les Français. Je veux que les impôts français et les taxes reviennent vers la moyenne européenne sinon il y a un sentiment d’injustice. Quand un Français est obligé de travailler jusqu’au 29 juillet uniquement pour l’Etat, c’est la moitié de ce qu’il gagne qui va à l’Etat, tandis que pour un Allemand ce ne sera que jusqu’au début du mois de juillet, s’il s’agit d’un anglais ce ne sera que jusqu’au mois de juin, tout ceci créé un sentiment d’injustice et de découragement. Moi je veux que les Français puissent bénéficier de leurs efforts, donc je veux baisser leurs impôts à la moyenne européenne, je veux défiscaliser les heures supplémentaires, la participation et l’intéressement, puisque tout effort mérite effectivement d’avoir une récompense et de conduire à la réussite de chacun.

A propos du taux de participation à la primaire de la droite

« Cela montre qu’un certain nombre de Français sont intéressés par ce qui se passe mais en même temps, rappelons-nous une chose, c’est que l’esprit des institutions de la Vème république, c’est d’avoir un président qui est au-dessus des partis, un président qui incarne l’unité nationale, un président qui, lorsqu’il y a trop de tensions entre les partis politiques, vers lequel n’importe lequel des Français peut avoir un recours. C’est ça qui est important. (…) Vous avez quand même 95% de Français qui n’appartiennent pas à des partis politiques.»

A propos d’un référendum sur le mariage pour tous

«J’ai dit, au moment où l’on a parlé du mariage pour tous que, s’agissant d’une question qui touche le vivre ensemble, on aurait dû passer par le referendum ceci-dit, maintenant mais je vais vous dire quelque chose, je vais pas démarier des gens qui sont mariés ! »

A propos des fonctionnaires

« Moi ce que je veux c’est que le statut de fonctionnaires avec ses droits et aussi avec ses obligations soit réservés aux missions essentielles de l’Etat qui sont les missions régaliennes (qui sont la sécurité, la défense, les affaires étrangères et la justice), qui sont des missions que l’Etat ne peut déléguer à personne. (…) Aujourd’hui, on a mis des fonctionnaires un peu partout et moi je que l’on revienne sur les cœurs de métiers. (…) En échange de la sécurité de l’emploi qui est liée au statut de fonctionnaire, il faut assurer la continuité c’est-à-dire, interdire le droit de grève puisque, quand il y a droit de grève, il ne peut pas y avoir une absolue continuité. C’est la même chose pour l’impartialité, il est évident que dans ses fonctions, les Français doivent être rassurés qu’à un aucun moment on ne prend en compte les préférences politiques ou religieuses, et donc il doit être absolument interdit qu’un fonctionnaire, dans ses ministères régaliens, puisse montrer de façon ostentatoire un quelconque choix politique ou religieux. »

A propos du fait qu’elle soit la seule candidate femme à la présidentielle

« C’est peut-être à moi, une fois de plus, de porter cette responsabilité, qui est celle des femmes. »