Mia enlevée puis retrouvée : Rémy Daillet-Wiedemann, le gourou inspirateur du rapt recherché par la police

Youtube/rdw

Rémy Daillet-Wiedemann prône la révolution par le coup d’Etat populaire, il serait le complotiste derrière l’enlèvement de Mia, c’est une révélation du Parisien-Aujourd’hui en France. Un mandat d’arrêt international a été lancé dimanche contre cette figure de la sphère complotiste.

Il est soupçonné d’avoir influencé les ravisseurs de Mia et apparaît dans d’autres enquêtes judiciaires. Dans l’affaire en question, explique le Parisien, les hommes du commando qui ont procédé au rapt de la petite fille ont expliqué avoir reçu une commande de Daillet-Wiedemann, laquelle aurait transité par un dénommé Bouga. Ancien du Modem dont il fut viré pour avoir enregistré François Bayrou à son insu, rappelle le site Streetpress, Daillet-Wiedemann est installé en Malaisie.

 

A lire aussi

 

Auteur de vidéos vues par des milliers d’internautes, il n’est pas inconnu des services de renseignement. En novembre dernier l’auteur de l’attaque d’une gendarmerie dans les Landes s’est réclamé de ses thèses complotistes, le même Daillet-Wiedemann s’est félicité des tags négationnistes trouvés l’été dernier à Oradour-sur-Glane. En matière de complot, le gourou coche toutes les cases : antivaccin, anti-Etat, anti 5G, anti-euro, anti-immigration, anti-éducation nationale et anti-placement d’enfants.

 

Rémy Daillet-Wiedemann : « La France est morte, mais elle va ressusciter, je serai l’humble élément déclencheur qui entraînera tout le reste, oui, je vais renverser le gouvernement totalement vendu aux puissances d’argent »

Si rien ne permet d’établir une intervention directe dans l’enlèvement de Mia, son nom plane sur des tentatives de rapt avortées. Caché hors de France, l’homme recrute, invective et se prend pour le messie en déclarant sur son site internet : « La France est morte, mais elle va ressusciter, je serai l’humble élément déclencheur qui entraînera tout le reste, oui, je vais renverser le gouvernement totalement vendu aux puissances d’argent ». Avant ce genre d’élucubrations qui trouvait sur internet et chez les naïfs un terreau fertile ne portait pas à conséquence, aujourd’hui le complotisme quitte les écrans. On l’a vu à l’œuvre au Capitole de Washington cet hiver, pas impossible que ses adeptes versent aussi dans l’enlèvement d’enfants qu’ils prétendent pourtant dénoncer.

David Abiker

Retrouvez l’actualité du Classique