Mazarine Pingeot, l’air Descartes

« La mort, la mort… » chante Carmen dans l’air des cartes de Georges Bizet.
Si philosopher, c’est vivre les yeux ouverts et apprendre à mourir, Descartes est l’une des meilleures portes d’entrée avec sa langue limpide et la clarté de son esprit. Quant à Mazarine Pingeot, c’est un guide ad hoc avec son accent de titi parisien, son honnêteté intellectuelle d’universitaire bon teint et sa gentillesse naturelle.
Elle nous a fait passer une heure agréable sur des sujets de haut niveau sans vulgarisation réductrice ni sabir sophistiqué.
Voici son programme :

• Didon et Enée de Purcell, mort de Didon (Janet Baker)
• Impromptu op. 142 n° 3 de Schubert
• Erik Satie Gymnopédie

Dans les madeleines:
Léo Ferré chantant Aragon « L’Etrangère
Jacques Brel : Ces gens-là