Mathieu Herzog, forte tête et bon coeur

  Olivier Bellamy reçoit Mathieu Herzog sur Radio Classique

J’ai rencontré Mathieu Herzog à l’occasion d’un article que je devais écrire pour Le Monde de la Musique sur le Quatuor Ebène. Pendant trois ou quatre jours, j’ai vécu avec ces quatre gaillards, assistant à leurs répétitions, partageant leurs repas, dormant dans un lit que l’un d’eux m’avait cédé. Ils n’avaient rien caché de leurs tensions, de leurs violents affrontements, de leurs fous rires et de leur complicité fraternelle. Dans l’article, j’avais raconté exactement tout ce que j’avais entendu et ressenti. Loin de les desservir, ce papier montrait une réalité humaine passionnante et une vérité incroyable entre « Huis clos » et « Qui a peur de Virginia Woolf ». Tous ceux qui les connaissaient bien les avaient reconnus. Non seulement les Ebène ne m’en ont pas voulu d’avoir ainsi dévoilé l’intimité de leur travail, mais ils en ont été touchés et sont devenus des amis.

Mathieu Herzog est la grande gueule du groupe. Ils sont tous les quatre assez géniaux dans leur genre, très différents de personnalité, mais l’altiste m’a particulièrement touché parce sa personnalité est aux antipodes de son rôle musical traditionnel. Normalement, l’altiste est là pour arrondir les angles, lier la sauce, joindre les deux voix (l’aigu et le grave) unifier la mélodie et l’harmonie. Mais c’était lui qui, au contraire, tirait ses collègues de leurs retranchements, qui remettait tout en cause, au risque de compromettre l’unité du groupe. Il prenait des risques terribles parce que la perfection musicale était à ce prix. Et tous avaient accepté de ranger leur susceptibilité dans leur poche, avec un mouchoir par-dessus. En même temps, c’était lui, Mathieu Herzog, qui préparait le repas pour tout le monde. On sentait en lui une vraie générosité de mère de famille sous des dehors de conducteur de locomotive, de bête humaine à la Gabin.

Voici son programme :

Madeleines

– Concerto en Sol de Ravel Mvt lent (version Abado Argerich)

– Duo Micaela Don Jose (Carmen) Version Abado, Domingo, Berganza

– Vieux Vienne (Nougaro dans l’album Tu Verras)

– « Maria » west side story version original (Jim Bryant) Version Original

de Bernstein.

Musique classique

1) Daphnis et chloe de Ravel

3) Tchaikovsky concerto mvt lent (ivry gitlis)

4) Strauss : Chevalier à la Rose : la cérémonie de la rose : « Wie himmlische, nicht irdiche, wie Rosen… » (Sophie, acte II)

6) Autour de Minuit de Nougaro avec Natalie Dessay vraiment j’y tiens »

Mélodies d’amour

– Saint saens Mon coeur s’ouvre à ta voix version chez (version Olga Borodina, et Sir Colin Davis, chez Erato)

– Tosca Vissi D’arte, Vissi d’amore, (Kiri te Kanawa, Solti)