Marseille : Après la grève des éboueurs, les ordures emportées par les pluies diluviennes

A Marseille, après les pluies diluviennes, une catastrophe écologique se profile. Les ordures qui n’étaient plus ramassées en raison de la grève des éboueurs ont été emportés par les pluies diluviennes et charriées jusqu’à la mer.

Benoît Payan, maire de Marseille, demande au gouvernement de décréter l’état de catastrophe naturelle pour toute la cité phocéenne

Les plages de l’Escale Borély ont des allures de déchèteries à ciel ouvert. Un désastre pour Lila, gants et sac poubelle à la main, elle est venue spontanément ramasser des détritus, comme beaucoup d’autres Marseillais : « Toutes les poubelles se sont déversées dans la mer, il y a des vêtements, des canettes, divers plastiques ». En mer, les marins-pompiers ont initié une surveillance aérienne des côtes pour repérer les pollutions et organiser leur ramassage. Clément est à la tête des opérations, ce lieutenant de vaisseau explique avoir déplacé une embarcation tractant un filet pour charrier le maximum de déchets, les filtrer et les accumuler. Et il faut faire vite car le mistral devrait se lever aujourd’hui.

A lire aussi

 

Mais pour beaucoup de déchets, c’est trop tard, ils sont déjà au large, c’est ce qui inquiète Léa Lecompte, du pôle mer de l’association Naturoscope : « des animaux pourraient être piégés », explique-t-elle. L’autre risque est l’ingestion par les poissons de ces déchets décomposés : « cela va finir dans notre ventre, puisque nous mangeons les plus gros poissons ! ». Une collecte citoyenne des déchets a de nouveau été organisée ce matin en face de la grande roue. Le maire Benoit Payan demande au gouvernement de décréter l’état de catastrophe naturelle pour toute la cité phocéenne.

Julie Gasco

 

Retrouvez les Infos du jour