Marina Vlady, vissi d’arte

  Olivier Bellamy reçoit Marina Vlady sur Radio Classique

 Née Poliakoff dans la région parisienne, Marina Vlady est la fille d’un baryton et d’une danseuse. Une famille bohème et aristocrate de Russes blancs, épris d’art et de liberté. Ses trois soeurs, aujourd’hui disparues, étaient actrices. Elle a commencé à l’âge de dix ans devant une caméra après avoir été petit rat à l’Opéra de Paris.

Elle a tourné dans 80 films, reçu un prix d’interprétation à Cannes, joué au théâtre, chanté des mélodies populaires russes et des chansons écrites pour elle par le poète et musicien Vladimir Vissotsky, écrit des livres et des romans très émouvants. Une vie d’artiste et une vie d’amour marquée par les deuils : Vissotsky, le professeur Léon Schwarzenberg… Elle est aussi une femme de coeur et de convictions, marquée par les combats en faveur des plus faibles.

Artiste jusqu’au bout des ongles, elle a traversé les épreuves et les tempêtes avec courage, sans jamais perdre la lumière de son regard clair et la douceur de sa voix mélodieuse.

Voici son programme :

Madeleines

Jeanne au bûcher : chœur d’enfants

Schubert : An die Musik (Thomas Quasthoff)

Vivaldi : Quatre Saisons « L’été » Adagio (Perlman)

Horowitz à Moscou : Etude en ut dièse mineur de Scriabine

Programme

Bach : Prélude et fugue n° 6 en ré mineur par Sviatoslav Richter

Schubert : Quatuor « La Jeune Fille et la mort » – 4e mouvement (Quatuor Berg)

Don Giovanni : La ci darem la mano (Giulini)

Beethoven : Quatuor op. 130 « Cavatine » (Quatuor Alban Berg)

Wagner : Mort d’Isolde (Flagstadt/Furtwängler)

Mélodies d’amour

Mahler : Kindertotenlieder n° 4 « Oft denk’ » (K. Ferrier)

Bruno Rigutto joue Nuages gris de Liszt

Marina Vlady chante « Je portais ma peine » de Vladimir Vitsotsky

Musique ultime

Horowitz à Moscou : Polka de Rachmaninov