Maïeutique ou mayonnaise

Ariane Massenet, l’invitée classique d’Olivier Bellamy
Je n’ai pas titré « la fusée Ariane », on a dû la lui faire cent fois.

J’ai été très touché par le message de Catgeisha qui parle de « maïeutique bellaminenne » à propos de l’émission avec Renata Scotto. Comme je ne me souvenais plus trop exactement de la définition du mot maïeutique (que j’imaginais plus facilement accolé au nom de Socrate qu’au mien), j’ai cherché dans le dictionnaire : méthode qui permet, grâce au dialogue, d’accoucher de vérités demeurées cachées. » Merveilleux vocable ! Maïeutique est devenu mon mot préféré ! Je vais désormais le mettre à toutes les sauces. Quant à Renata, il s’agit peut-être de la « Maya-tique » nom du magnéto dont je me suis servi…

Avec Ariane Massenet, soyons plus modeste, c’est la may-onnaise qui a fonctionné. J’ai toujours aimé cette fille directe, sensible et sympathique. J’étais heureux de la rencontrer, je crois que ça se sent.

C’est drôle de se dire qu’elle est l’arrière arrière petite nièce du compositeur Jules Massenet. Le compositeur de « Thaïs », de « Manon » et de tant d’autres opéras, qui font la joie des amateurs de plaisirs simples. Aux Etats-Unis, surtout où ses œuvres sont régulièrement montées. Plus qu’en France ! Dans l’ « Histoire de la Musique » de la collection Bouquins, Massenet est traité de « confiseur émotif, maniéré et superstitieux ». Il eut la déveine de vivre riche, heureux, reconnu, fêté et décoré grâce à sa musique. Les musicographes préfèrent les compositeurs qui leur ressemblent : pauvres, malheureux, inconnus… espérant peut-être gagner par une sorte de phénomène de capillarité la gloire posthume qui a suivi.

Jules MASSENET.  Méditation de Thaïs (La) pour violon et orchestre (1894).

                Itzhak Perlman, vio.

                The Abbey Road Ensemble.

                Lawrence Foster, dir.

Madeleines

Véronique Sanson chante « Amoureuse ».

Aristochats (Les) : « Ev’rybody Wants to Be a Cat » (Walt Disney).

Cat Stevens chante « Father and Son ».

Wolfgang Amadeus MOZART.  Requiem : début K. 626 [ré m].

                Karita Mattila, sop.

                Ch. de la Radio Suédoise.

                Orch. Phil. de Berlin.

                Claudio Abbado, dir.

Wolfgang Amadeus MOZART.  Flûte Enchantée (La) : « Der Hölle Rache… » K. 620.

                Edda Moser, sop.

                Orch. de l’Opéra de Bavière.

                Wolfgang Sawallisch, dir.

Frédéric CHOPIN.  Valse « L’ Adieu » op. 69 n° 1 [la b M].

                Samson François, pia. 

Frédéric CHOPIN.  Prélude op. 28 n° 4 [mi m].

                Martha Argerich, pia.

Giuseppe VERDI.  Traviata (La) : prélude du 1er acte.

                Orch. d’Etat de Bavière.

                Carlos Kleiber, dir.

Giovanni Battista PERGOLÈSE.  Stabat Mater : fin.

                Barbara Bonney, sop.

                Andreas Scholl, ctre-tén.

                Les Talens Lyriques.

                Christophe Rousset, dir.

Jules MASSENET.  Manon : « Obéissons, quand leur voix appellent…Profitons bien de la jeunesse ».

                Natalie Dessay, sop.

                Ch. de Chbre Les Eléments.

                Orchestre National du Capitole de Toulouse.

                Michel Plasson, dir.