« Macron n’est pas complètement fidèle à ses idées et c’est la bonne nouvelle de son gouvernement. » Alain Finkielkraut

Ce matin à 8h15 sur Radio Classique

Alain Finkielkraut, philosophe et écrivain
Invité de Guillaume Durand

« Macron n’est pas complètement fidèle à ses idées et c’est la bonne nouvelle de son gouvernement. »

A propos de notre société

« Beaucoup de nouveautés ont surgi. »
(…)
« C’est un nouveau monde qui n’a pas été bâti par la politique, si changement il y a c’est la technologie qui l’a apportée. Les GAFA par exemple ont modifié notre environnement et notre manière d’être. »
(…)
« Je me suis rendu compte que le vieux monde ne pesait pas sur nous, qu’il pouvait disparaître, avec la disparition de la culture à l’école, la disparition des paysages et l’effondrement de la langue. »
(…)
« C’est la périssabilité des choses qui m’est apparue peu à peu, et c’est pour cela que je pratique une sorte d’écologie généralisée. Sauver les meubles, ce n’est pas forcément la terre, mais c’est aussi la culture et la beauté du monde. »
(…)
« Macron a nommé Jean-Michel Blanquer qui veut desserrer l’étreinte de la modernité, ne fusse qu’en confisquant les portables à l’entrée des classes et parce qu’il veut remettre au centre du système éducatif les humanités, la culture et le patrimoine »

A propos de Macron

« C’est avec soulagement que j’observe Macron devenir moins macronien qu’il ne le dit, puisqu’il a voulu bâtir toute sa campagne sur le clivage entre les conservateurs passéistes, attachés au vieux monde, et les progressistes, qui veulent embrasser la modernité. »
(…)
« Macron n’est pas complétement fidèle à ses idées et c’est la bonne nouvelle de son gouvernement. »
(…)
« Il est l’homme du « en même temps » (…) car d’un côté il veut réintroduire la culture des humanités, de l’enseignement chronologique de l’histoire, faire de tous les enfants, quelles que soient leurs origines, les héritiers d’une histoire commune, mais Macron nous a expliqué pendant la campagne qu’il n’y a pas de culture française, ni d’art français. »
(…)
« Il plaide pour une laïcité ouverte, c’est-à-dire, une laïcité couchée plutôt que pour une laïcité intransigeante. »
(…)
« Il défend une société multiculturelle où il met tout sur le même plan : IAM et Marcel Pagnol. »

A propos de lui-même

« Je ne réagis pas à l’actualité en tant que telle, ce n’est pas mon domaine. »
(…)
« La tâche de la philosophie est de diagnostiquer le présent. »
(…)
« Je ne suis pas le héros de Valeurs Actuelles. »

A propos des intégrismes

« Il se produit dans notre pays un choc culturel qui n’est pas réductible à la question sociale et tout le monde doit en prendre conscience parce qu’il peut nous mener à la guerre civile. »
(…)
« Deux journalistes ont parlé de Lunel comme d’un chaudron français. (…) Là-bas il y a eu un nombre considérable de djihadistes et force est de constater qu’à Lunel, le communautarisme est très important. »
(…)
« Dans le livre Une France Soumise , Élisabeth Badinter dit qu’une deuxième société s’impose insidieusement dans notre République et qu’elle cherche le séparatisme. »
(…)
« Je ne plaide pas pour le rejet de l’étranger, je plaide pour l’intégration mais si nous voulons qu’elle se déroule dans les bonnes conditions, il faut impérativement maîtriser les flux migratoires. »