« Macron a le projet de détricoter la France » Louis Aliot

Ce matin à 8 h 15 sur Radio Classique

Louis Aliot, vice-président du Front National

Invité de Guillaume Durand

« Macron a le projet de détricoter la France »

Extraits

A propos de l’intervention télévisée d’Emmanuel Macron dimanche soir

« Je l’ai trouvé fade, dans un exercice de Premier ministre. »
(…)
« On a l’impression qu’il gère la crise, mais on ne voit pas le cap qu’il peut donner à notre pays. »
(…)
« [Macron] a le projet de détricoter la France au bénéfice de l’Union européenne. »

A propos de Florian Philippot, qui a qualifié le Front National d’« astre mort »

« Pour l’instant, c’est lui qui est dans un trou. »
(…)
« [Le Front National] est aux premières loges de la contestation du pouvoir de M. Macron. »
(…)
« Le parti est en train de se refonder et sera dans les mois qui viennent la seule alternative possible. »

A propos de Laurent Wauquiez et des Républicains

« Il n’arrivera pas [à chasser sur nos terres. »
(…)
« Ce parti –depuis Chirac- n’arrive toujours pas à choisir entre une direction et une autre. Il a essayé de faire une espèce de mix entre le centre, le centre-gauche et la droite. »
(…)
« Ils ont épousé le leitmotiv de la gauche : tout sauf des discussions [avec les dirigeants du front National]. »
(…)
« Ils ont perdu toutes les élections depuis dix ans et, lorsqu’ils étaient au pouvoir, ils n’ont pas fait les réformes salutaires qui auraient permis à la France de s’en sortir. Les gens ne les croient plus. »
(…)
« [Concernant les mesures fiscales et budgétaires] de M. Macron, on les sent très proches, très gênés et embêtés, parce que [cette majorité] applique une partie du programme qui était celui de M. Fillon. »

A propos de la police de proximité

« Je ne vois pas ce que [Macron] peut faire car je le trouve idéologiquement bloqué. »
(…)
« Les moyens humains et matériels avaient été beaucoup diminués durant les quinquennats précédents, notamment celui de Nicolas Sarkozy. »
(…)
« Aujourd’hui, il faut combattre le développement sur notre territoire d’une idéologie islamiste, radicale, et je ne sens pas cette majorité armée pour le faire. »

A propos du procès Merah

« J’ai appris qu’on voulait faire de M. Merah un indic, un agent, ce que je trouve extravagant. Peut-être allons-nous demander à l’Assemblée Nationale la levée du secret-défense sur ce dossier. »

A propos de l’arrestation de militants d’extrême-droite

« Cette radicalisation d’une partie de la jeunesse par les réseaux internet est inquiétante. Cela arrive un peu trop souvent, dans tous les milieux : l’extrême-gauche est montrée du doigt dans beaucoup d’agressions aussi. »
(…)
« La France perd petit à petit la sérénité et la quiétude qui devrait être celle des débats politiques. »

A propos du débat Macron – Le Pen de la présidentielle

« Les gens se rendent compte que la politique mise en place par M. Macron, c’est précisément tout ce [que Marine Le Pen a dénoncé] pendant le débat : les inégalités, les discriminations, les cadeaux faits aux plus aisés. »
(…)
« Sur le fond, [Marine] avait raison. »
(…)
« Ce débat -d’un handicap que c’était il y a quelques mois- deviendra peut-être un atout dans les semaines qui viennent. Tout a été dit pendant ce débat, mais, à ce moment-là, les Français n’ont pas écouté. »