Lucile Richardot livre une poignante interprétation du Chant de la terre de Gustav Mahler

Laure Mézan reçoit la mezzo-soprano Lucile Richardot, à l’occasion de la sortie de son enregistrement du « Chant de la terre » de Gustav Mahler, ce vendredi 11 septembre à 20 heures du Journal du Classique.

 

Lucile Richardot nous révèle ici ses affinité mahlériennes

Plus habituée à chanter le répertoire baroque en compagnie des ensembles de Raphaël Pichon ou de Sébastien Daucé, Lucile Richardot nous révèle ici ses affinité mahlériennes. Dans cet enregistrement, tout juste publié par le label Alpha, elle nous livre une poignante interprétation du « Chant de la terre » de Gustav Mahler, aux côtés du ténor Yves Saelens et du Het Collectief dirigé par Reinbert de Leeuw. Une version d’autant plus poignante qu’il s’agit d’un arrangement pour petit effectif instrumental soulignant ainsi toute la fragilité de cette œuvre bouleversante, placée sous le signe de la mort, mêlant la voix aux instruments dans un esprit chambriste. Le chef néerlandais, déjà malade, y aura donné ses dernières forces, avant de décéder, quelques semaines à peine après l’enregistrement.

 

Lucile Richardot redonnera ce « Chant de la terre » dimanche, à 15h30, à Royaumont, avec les mêmes partenaires mais sous la direction de Gregor Mayrhofer.
Elle sera également sur la scène du Théâtre des Champs-Elysées le 1er octobre avec Philippe Jaroussky, Emöke Barath, Emiliano Gonzalez Toro et le Concert de la Loge de Julien Chauvin autour d’une programme Vivaldi, puis les 7 et 8 octobre pour la reprise du « Ballet royal de la nuit », spectacle féerique dirigé par Sébastien Daucé.

Laure Mézan

 

Retrouvez l’actualité du Classique